La suite d'Histoires du Nord ...

lundi 10 janvier 2011

du mois de janvier 2011

Du début de l’an et du mois de Janvier :
Chez les peuples usant d'un calendrier solaire, le début de l'année a toujours été fixé par pure convention. L'année romaine commençait avec le mois de mars. Jules César, sur les conseils de Sosigène d'Alexandrie, fit avancer de trois mois cette date : l'an 709 de Rome (— 45 des chronologistes, — 44 en notation algébrique des astronomes) commença le 1er janvier. C’est la date initiale de la réforme julienne, que Rome – et avec elle les nations soumises à sa domination – appliqua pendant 345 ans...De cette époque datent les mois de janvier et de février, car les calculs des savants astronomes démontrèrent qu’il manquait au moins ces jours de plus pour faire coïncider la durée du temps conventionnel avec le cycle du soleil. Au moins car il fallut encore compenser les erreurs de calcul par un jour bissextile.
.
Le premier de ces mois ajouté fut consacré à Janus, le dieu des portes. Il est toujours représenté par un homme à double face, qui regarde derrière et devant. Joli symbole pour le premier mois de l’année.
Mais, au fil des siècles, l'année n'a pas commencé partout au 1er janvier, et son début a varié au gré des Églises, des époques et des pays. Pour ne citer d'abord que la France, l'année commençait le 1er mars dans nombre de provinces aux VIe-VIIe siècles ; à Noël au temps de Charlemagne (et en certains lieux, tel Soissons, jusqu'au XIIe s.) ; le jour de Pâques sous les Capétiens, ce qui donnait des années de longueur très variable (usage quasi général aux XIIe XIIIe s., jusqu'au XVIe s. dans certaines provinces) ; toutefois, en quelques régions, l'année commençait à date fixe, le 25 mars, jour de l'Annonciation, date proche de l’équinoxe de printemps. Ce n'est qu'en 1564 que, par édit de Charles IX, le début de l'année fut obligatoirement fixé en France au 1er janvier.
.
Des étrennes :
C’est en début d’année et non pour la fête de Noël que l’on faisait des cadeaux et que l’on offrait des étrennes jusqu’à ce que l’invention récente du père Noël vienne donner un ton résolument commercial à cette très vieille coutume, qui n’a rien à voir avec Noël ; encore moins avec Saint Nicolas qui existait déjà.
.
Les étrennes, strena, ou strenua chez les Anciens, étaient destinées à témoigner du respect aux personnes de valeur et de mérite. Les dérives arrivèrent bien vite. L'usage des étrennes devint peu à peu si fréquent sous les empereurs, que tout le peuple allait souhaiter la bonne année à l'empereur, et chacun lui portait son présent d'argent, selon son pouvoir. Auguste en recevait en telle quantité que son successeur Tibère, d’humeur plus sombre s’absentait exprès les premiers jours de l’année pour les éviter. Ces cérémonies occupaient si fort le peuple les six ou sept premiers jours de l’année qu’il fut obligé de faire un édit par lequel il défendait les étrennes passé le premier jour de l’an. Caligula qui lui succéda, fit savoir que lui, il était plutôt favorable et il fixa la période des calendes de janvier pour recevoir ce que son prédécesseur avait refusé. Claude, abolit cette coutume, et défendit, par arrêt, qu'on n'eût point à lui venir présenter des étrennes. .
Un lien existe encore entre le mois de janvier et les étrennes du jour de l’an : les étrennes données aux concierges ! Janus est leur patron ! Les fausses étrennes et « poissons d'avril » sont un lointain souvenir de ces dates révolues. Il n’y a qu’en Espagne où les cadeaux arrivent avec los Reyes, les Rois. Mais le rituel de ces cérémonies demeure bien ancré dans nos moeurs, au point qu’entre étrennes et galette des rois, il est souvent très difficile de joindre certains services, et pas que ceux de l’administration, pendant ces quinze premiers jours de janvier. Sans compter les dépenses que cela entraîne. Comme beaucoup je pense qu’il serait plus utile de donner une autre destination aux sommes d’argent consacrées à ces buffets. Mais il va y avoir des élections en 2011. ! Enfin ! On pourrait faire quand même plus modeste surtout en période d’une crise qui n’en finit pas de finir.
.
Du calendrier :
Le mot calendrier vient du latin calendarium, le « registre des dettes », dont les intérêts étaient, dans l'usage romain, à payer le premier jour du mois (calendae) : ce jour-là, un pontife réunissait le peuple pour lui annoncer les dates des jours fériés. D'une manière générale, il s'agit d'un système élaboré par les hommes pour recenser les jours, et ainsi mesurer les grands intervalles de temps. La première mesure de ces grands intervalles est liée à la nécessité de prévoir le retour des saisons là où elles sont marquées, en particulier celui de la saison froide, afin d'assurer des réserves alimentaires suffisantes : le chasseur et le pasteur – et l'agriculteur plus encore – ont besoin d'un calendrier de saisons et le rythme du Soleil s'impose à l'homme. Les Anciens ont mesuré et défini un modèle d'année solaire qui entrera en compétition avec une autre unité naturelle, la lunaison. Le souci de faire coïncider la course de la terre et du soleil était plus juste dans le calendrier républicain.
.
La République ayant été proclamée le 22 septembre 1792, date qui se trouvait être le jour de l’équinoxe d’automne, le calendrier républicain fixa le début de l'année « au jour civil où tombe l'équinoxe d'automne au méridien de Paris ».
.
Du temps et des influences de la lune et de l’éclipse du 4 janvier :
Comme nous y invite le dieu à qui il est consacré, janvier, en ce début d’année, nous invite à regarder ce qui s’est passé cette année et à tourner nos regards vers l’avenir.
Du passé on se souviendra ce mois de décembre particulièrement froid, avec quantités de perturbations, que je vous avais annoncées dès le mois de février 2010 et dans ma précédente chronique. Je ferai remarquer une fois de plus que aucun chroniqueur, aucun journaliste, aucun météorologiste n’a parlé pour ce mauvais temps, de la pleine lune du 21 décembre, du solstice ce jour-là, de l’éclipse et du noeud lunaire qui couronnait le tout. Et pourtant ! Si aujourd’hui vous allez consulter les sites de météo les plus fiables et donc pas celui de notre météo nationale qui reste quand même très prudent, vous lirez que partout on nous annonce un hiver plus froid que la moyenne mais peut-être plus court avec un phénomène atmosphérique pas très facile à expliquer. ( sic !)
.
A l’heure où j’écris, le court redoux est suivi d’une nouvelle offensive du froid et ce mois de janvier va être marqué le 4 par la nouvelle lune avec une éclipse partielle de soleil visible en France. Ce phénomène aura lieu de 7h50 jusqu’à environ 10h30. Le pourcentage de la surface du disque solaire occulté par la lune sera important puisque vers 9h il atteindra 65%.
Plutôt que de diffuser ici la mise en garde officielle des services de Santé, voici une extraordinaire citation de celui que nous appelions « le patron » au Secours Catholique. Il savait prendre ses responsabilités et n’avait pas attendu les recommandations du gouvernement pour mettre en garde le personnel et demander aux chefs de service de prendre leurs responsabilités. Voici sa note : « Une éclipse de soleil, totale dans le Sud de la France et partielle dans les autres régions, sera visible dans la matinée du 15 Février 1961. En raison de la rareté du phénomène, il ne pourrait manquer d’être l’objet d’une grande curiosité. Il est du devoir des chefs de service de prendre conscience des dangers d’une telle observation. On sait en effet que le cristallin, faisant office de loupe, concentre les rayons du soleil sur la rétine qui se trouve brûlée sans douleur en 2 ou 3 minutes. Il convient de savoir aussi que les rayons infra-rouges invisibles traversent les verres teintés qui sont un danger réel en réduisant l’éblouissement et par conséquent en permettant des observations plus longues qui entraînent des irradiations plus intenses de la rétine. Les sujets jeunes ayant une bonne vue et des yeux foncés sont plus sensibles encore que les sujets âgés, myopes, ou ayant des yeux clairs. Il est donc très important que le personnel du Secours Catholique connaisse les précautions qu’il convient de prendre : d’une part : ne regarder les éclipses qu’à travers des verres très sombres. D’autre part : ne le faire que d’une manière très brève. 1 °) En ce qui concerne les verres : N’utiliser que du verre recouvert abondamment de noir de fumée, en le plaçant au-dessus d’une simple bougie allumée. Il faut placer le côté noirci vers le soleil, le côté nu étant devant l’oeil. Les lunettes de soleil ne protègent absolument pas. 2°) En ce qui concerne la durée, ne faire faire que des observations courtes, de 5 à 10 secondes au maximum : elles peuvent toutefois être répétées après un arrêt d’environ trois minutes. Interdire formellement de faire des observations à l’oeil nu. On remarquera que même en prenant ces dispositions, on doit avoir le temps de faire des observations, puisque l’ombre de la lune atteindra le soleil à 6h.10, en couvrira le maximum à 8h.20 et le quittera à 10h.30. »
Vous remarquerez au passage l’humour « il faut placer le côté noirci vers le soleil : » on imagine ce que pourrait donner le contraire ! La circulaire ministérielle reprend point par point cette note : les risques pour le cristallin et la rétine, les risques plus importants pour les enfants, la durée de l’observation etc.... En des termes d’aujourd’hui tout y est. Bien sûr il y a la référence à la norme européenne, la directive 89/686, puisque désormais le bon sens est codifié par nos fonctionnaires internationaux.
.
Le plan de l’orbite lunaire fait un angle de 5,8° avec le plan de l’écliptique c'est-à-dire le plan sur lequel se déplace le soleil apparent autour de la terre. Cette orbite lunaire étant elliptique quand la distance de la terre est la plus courte c’est le périgée et quand elle est éloignée c’est l’apogée. La lune coupe ce plan chaque mois en deux points appelés noeuds lunaires, ascendant ou descendant. Quand la pleine lune ou la nouvelle lune a lieu à un noeud, il y a éclipse de lune ou de soleil. C’est ce qui va se produire le 4 janvier. Cette fois c’est la lune qui passera entre nous et le soleil. Les jours d’éclipse sont toujours des moments de perturbations atmosphériques, et ce sont des moments où les plantes plus encore que nous sont très sensibles. Il ne faut pas faire de semis, ne pas toucher aux plantes et aux arbres. Il faut laisser la végétation se reposer. C’est le constat de ces perturbations qui explique que dans les temps très anciens on redoutait les éclipses. En plus on voyait le soleil s’obscurcir et on craignait qu’il disparaisse. .
.
Les révolutions lunaires, ou lunaisons, entraînent des réactions et des transformations profondes sur notre planète. A ceux qui doutent encore de l’influence de la lune, notamment ceux qui disent que ces observations n’ont rien de scientifique, je demanderai alors de m’expliquer ce qui est constaté depuis des millénaires par tous les peuples de la terre : les marées des mers, le débit des eaux des nappes souterraines, avec toutes leurs conséquences, ou encore les naissances de la pleine lune, ou les insomnies, ou la poussée des plantes et bien d’autres constats encore !
En lune montante, tout ce qui est vie sur terre se trouve revigoré. Lou Pou-houei, lettré chinois vivant au IIIe siècle avant J.-C., conseillait de manger des coquillages pendant cette période. "Quand la Lune est pleine, les coquillages sont remplis... Mais les derniers jours de la Lune, tous les animaux à coquille sont vides..." C'est aussi le moment d'abattre les bêtes pour la consommation, car leur chair est ferme et juteuse ; de planter le riz ou de semer le blé, car ils monteront plus haut ; ou encore de faire la cueillette de plantes guérisseuses, car elles sont alors remplies au maximum de principes actifs.
.
La vie est ralentie en Lune descendante. Ainsi, les Chinois procédaient à la castration des futurs eunuques et des animaux pendant cette période afin de leur épargner des souffrances excessives et d'éviter des complications. Plantez vos salades en Lune descendante, elles ne risqueront pas de monter. N'allez chez votre coiffeur que ces jours-là, car vos cheveux pousseront moins vite et vous réaliserez des économies.
.
2011 année de treize lunes ??? :
De là à dire que l’influence de la lune est telle que cette année étant une année de treize lunes c’est la raison pour laquelle il va faire un sale temps cette année, il y a quelques nuances à apporter. Chaque année il se trouve quelqu’un pour écrire cela ! Bien que je prête personnellement à la lune la forte influence que j’ai souvent expliquée, je reste plus prudent sur cette affirmation. Il faut simplement dire qu’il y a souvent treize lunes dans une année puisque l’année est fixée sur un cycle de 365 jours et que le mois lunaire est de 29 jours. Il y aura treize nouvelles lunes en 2011, et chaque fois, je l’ai souvent écrit, il y a des perturbations au moment de la lunaison ou dans les trois ou quatre jours qui suivent. Donc s’il y a treize nouvelles lunes, l’année sera plus mauvaise vu que la nouvelle lune entraîne presque toujours des perturbations et du mauvais temps. Mais il n’y aura que douze pleines lune en 2011 avec douze lunaisons et quelques jours en plus en début janvier et 7 jours en plus en fin décembre si on prend la référence du mois lunaire pour arriver aux 365 jours. L’année 1999, celle qui a vu s'abattre une violente tempête était une année à 13 lunes. Tout comme l'année 1976, qui a été d'une canicule extrême. ( pis encore que la canicule de 2003 ). En 2009 il y a eu 13 pleines lunes et seulement douze nouvelles lunes et douze pleines lunes en 2010 !
.
Les scientifiques et autres météorologues voire astronomes, prétendent qu'il s'agit du réchauffement climatique, CO2, gaz à effet de serre, trou de la couche d'ozone et tutti quanti et ne veulent pas prêter attention aux vieilles observations de nos aïeux qui sont à l’origine des dictons et proverbes sur le temps.
.
Il faut raison garder et ne pas prêter une oreille trop attentive aux diseurs de bonne aventure qui font fortune chaque année en cette période. On ne peut pour autant prêter que très peu de justifications à la vieille croyance qui selon la sagesse populaire, dit que les années de treize lunes sont des années de mauvais temps et qu’il ne fait beau que les mois en A, soit avril et août. Il ne semble pas que cela soit systématique !
Les seuls éléments que nous possédons sont des dires d'anciens, agriculteurs notamment, qui transmettent plus ou moins ce mythe qu'une année comportant 13 lunes au lieu de 12 est à redouter. Mais est-ce bien vérifiable et démontrable ? Est-ce que cela relève de la " légende de village " ?
.
Ce mois-ci, j’ai laissé de côté les dictons toujours très nombreux. Je ne retiens cette fois que ceux-là en vous laissant le choix du décompte prévisionnel à faire : « les douze jours qui vont de la Noël aux Rois donnent le temps des douze mois » ou : « les douze premier jours de l’année indiquent le temps qu’il fera les douze mois de l’année ». Comme les Rois ne sont plus fêtés le 6 janvier mais le premier dimanche de janvier on prêtera moins d’attention à ce dicton : « les hivers les plus froids sont ceux qui prennent pour les Rois ». Pourtant ce jour sera froid c’est presque garanti ! Et les différents sites météo fiables, pas trop celui de France-Météo ! nous annoncent tous, pour ce mois de janvier 2011 une persistance d’un froid sec, avec une anomalie négative de l’ordre de – 1° sur la France et un déficit de pluviométrie. Les grands froids concerneront surtout l’Europe Centrale.
Du froid jusqu’au 8 environ. Plus doux du 9 au 19 c'est-à-dire jusqu’à la pleine lune, puis à nouveau des températures matinales en dessous de zéro dans la fin de la deuxième quinzaine, avec une forte dominante d’un courant d’ouest du 27 au 31 du mois.. Nous voilà avertis ! soyons prudents et tenons-nous au chaud.
.
Bon mois de Janvier 2011, Bonne Année et tenons-nous au chaud ! Adissias !
Jean Mignot le 31 décembre 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire