La suite d'Histoires du Nord ...

jeudi 14 avril 2011

Godefroy d’Estrades, d’Agen aux Pays-Bas


Sur la fresque qui orne la salle des mariages de l’Hôtel de Ville de Dunkerque, le jeune Louis XIV reçoit les clés de la ville des mains de son gouverneur, Godefroy d’Estrades. Né à Agen en 1607, il connaît une carrière brillante. Page de Louis XIII puis chevalier des ordres du Roi, il combat pour le prince Maurice de Nassau à l’âge de 19 ans puis rejoint les armées françaises. L’homme obtient vite le grade de Maréchal de camp.

En 1651, il prouve sa vaillance en Catalogne pendant la guerre de Trente Ans. Ses missions le portent en Allemagne, en Hollande, en Savoie encore indépendante et en Angleterre. En 1653, Mazarin le nomme lieutenant-général et maire perpétuel de Bordeaux, récompensant ainsi sa fidélité au cardinal Premier Ministre. Godefroy d’Estrades a moult occasions de prouver son attachement à la Couronne. En effet, en qualité de gouverneur de Dunkerque en remplacement du Maréchal de Rantzau, il doit remettre la ville aux Anglais, en 1658, à l’issue de la bataille des Dunes. Si Turenne a pu l’emporter sur les Espagnols, c’est aussi grâce aux alliés d’Outre-manche et il faut appliquer les termes des conventions passées avant la bataille. Quand Louis XIV décide de négocier le rachat du port, c’est à Godefroy d’Estrades qu’il confie le soin de mener les discussions qui se concrétisent en 1662.

En 1667, il signe le traité de Breda avec les Danois en qualité d’ambassadeur en Hollande puis accompagne Louis XIV dans sa conquête des Pays-Bas. Il le suit au siège de Maastricht, resté fameux pour la mort de d’Artagnan. Durant cette campagne, il gagne son bâton de Maréchal de France en prenant la ville de Liège, et naturellement, il fait partie de la délégation chargée de négocier la paix de Nimègue en 1678. Après avoir rédigé ses « Lettres et mémoires » (9 volumes tout de même !), il décède à Paris en 1686. Ses fils connaissent aussi des carrières remarquables ; l’aîné lui succède comme gouverneur de Dunkerque, quant au cadet, il devient abbé de Moissac et embrasse la carrière diplomatique comme ambassadeur à Venise et au Piémont.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire