La suite d'Histoires du Nord ...

vendredi 12 août 2011

Arras pendant la Grande Guerre

in : Guides illustrés Michelin des Champs de bataille (1914-1918) - Arras et les batailles d'Artois - Michelin et Cie, Clermont-Ferrand, 1920




"ARRAS PENDANT LA GUERRE


Les Allemands n'ont occupé Arras que pendant trois joiurnées. Entrés dans la ville le 6 septembre 1914, ils durent se replier le 9. A part quelques pillages, ils ne se signalèrent par aucun acte de violence mais imposèrent de fortes réquisitions en argent, vivres et objets.


Presqu'aussitôt après leur départ, commença le "martyre d'Arras". Les troupes impériales, en effet, restèrent accrochées aux portes même de la ville et l'investirent du nord au sud, à une très faible distance, d'une lieue à peine par endroits. Le cimetière, situé dans le faubourg Saint-sauveur (derrière la gare), dut être organisé défensivement; de profondes tranchées sillonnèrent en tous sens ses allées.


Le siège dura trente et un mois, jusqu'en avril 1917. Les bombardements furent innombrables. ils commencèrent le 6 octobre 1914, et dans les seules journées des 6, 7 et 8, plus de 1.000 obus tombèrent sur la ville, dont seules la gare et les casernes étaient occupées militairement. Les artilleurs ne cessèrent de tirer sur les quartiers du centre et principalement sur les deux célèbres places qui étaient la plus belle parure monumentale d'Arras. Dès le 7 octobre, l'Hôtel de ville fut incendié, quelques jours plus tard, 69 obus abattaient le beffroi.


Les bombardements, dans la suite, se ralentirent : presque chaque jour cependant, quelques éclatements de bombes venaient rappeler la présence toute proche de l'ennemi. Puis, à certains moments, les tirs de destruction reprenaient furieux. Le 9 juillet 1915, notamment, près de 6.000 obus, dont un grand nombre étaient incendiaires, explosèrent dans Arras, parachevant la ruine de la cité, mettant le feu à l'ancienne abbaye saint-Vaast et à la cathédrale.


L'année 1916 et les premiers mois de 1917 virent d'autres bombardments non moins violents. jusqu'à l'offensive d'avril 1917 qui dégagea la ville. Arras ne connut pas une heure de réelle tranquillité.


On comptait, à cette époque, 962 immeubles complétement détruits, 1.595 partiellement détruits et non réparables, 1.735 atteitns plus ou moins sérieusement mais réparables. sur les 4.521 maisons de la ville (faubourgs non compris), 292 seules étaient indemnes.


Cependant le martyre d'Arras n'était pas encore consommé. En mars 1918, lorsque se déclencha la grande offensive impériale, les bombardements reprièrent, causant de nouvelles ruines, abattant complétement des édifices encore debout. La ville, que certains de ses habitants s'étaient toujours refusés à abandonner, dut être alors totalement évacuée. Cinq mois après, à la fin d'août 1918, l'armée britannique enfonça les lignes ennemies devant Arras et mit en deux jours la ville définitivement hors de portée du canon."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire