La suite d'Histoires du Nord ...

mercredi 10 août 2011

La lingère de Lille (1858): étude de Frédéric Le Play

in Ouvriers des deux mondes, études publiées par la Société d'Economie Sociale, sous la direction de Frédéric Le Play, à l'enseigne de l'arbre verdoyant éditeur,1983


Frédéric Le Play était le partisan d'un régime néo-foédal où le travailleur serait protégé par un seigneur bienveillant. pour justifier ses théories, il avait eu l'excellent idée de faire réaliser dans le monde entier des études de "cas". (...) Les réponses à l'enquête font penser à l' Histoire naturelle de Buffon. Le chef de famille, son conjoint et ses enfants sont décrits sans pudeur et sans a priori. (...)On voit revivre des familles pauvres ou plus aisées et on peut comparer leurs destins. Les réflexions des enquêteurs sont savoureuses et témoignent de l'idéologie des bourgeois éclairés du 19e siècle.



N°24

LINGERE DE LILLE (NORD - FRANCE)

(Ouvrier-tâcheron dans le système du travail sans engagement)

d'après les renseignements recueillis sur les lieux en juillet 1858 par M.L. Auvray, traducteur du ministère de la Marine

* * *




OBSERVATIONS PRELIMINAIRES définissant la conditon des divers membres de la famille




I. définition du lieu, de l'organisation industrielle et de la famille

§ 1er - ETAT DU SOL, DE L'INDUSTRIE ET DE LA POPULATION

L'ouvrière habite Lille, chef-lieu du département du Nord. Lille est située à environ 70 kilomètres de la côte. on y ressent toutes les brusques variations de la température de la mer? Il y pleut souvent. La ville est entrecoupée de canaux dont l'eau n'a que peu ou point de courant, à cause de l'horizontalité presque parfaite du sol. Elle est entourée d'une triple ceinture de glacis et de fossés remplis d'une eau stagnante où croissent plusieurs espèces de plantes aquatiques. Le sol présente à sa surface une couche épaise d'humus, qui comme une éponge retient constamment de l'humidité. Dans un milieu aussi insalubre (A), avec des salaires qui ne permettent pas toujours aux ouvrier ni de se vêtir, ni de se nourrir, ni de se loger convenablement (B), surtout en présence de certaines habitudes d'intempérance, une partie de la population offre un aspect déplorable! On y trouve toutes les infirmités et toutes les difformités qui affligent l'espèce humaine. Lille compte environ 800 ouvrières spécialement occupées à la fabrication du linge de corps; il faut ajouter à ce nombre les personnes recueillies dans des établissements pieux et les femmes détenues, dont le chiffre s'éleve à 2 ou 300, et dont la concurrence tend constamment à faire baisser les salaires. La ville de Lille a conservé pour la lingerie les meilleures traditions. On y fabrique les trousseaux de grand prix pour plusieurs départements et même pour Paris, où les femmes ne peuvent guère trouver désormais dans la lingerie la juste rémunération de leur temps et de leurs fatigues; car la lingerie fine exige des soins et une grande habileté. Il est probable qu'un temps viendra où les ateliers de Paris ne faisant plus du tout d'élèves, devront recourir exclusivement à la province pour ces articles de luxe. La lingerie commune se fabrique généralement dans les prisons et dans les couvents et dans des maisons dirigées par des religieuses, où l'on prend des jeunes filles en apprentissage, moyennant une faible rétribution annuelle et quelquefois même sans rétribution. Ces concurrences sont redoutables pour les ouvrières libres, car les premiers besoins de la vie étant assurés, dans les prisons par le gouvernement, dans les maisons religieuses par des quêtes et des dons pieux, les chefs de ces établissements se montrent peu exigeants sur les prix qui vont presque toujours en diminuant. Cet état de choses existe aujourd'hui presque partout; il aura, dans un temps donné, des résultats fâcheux pour lalingerie, s'il n'est pas balancé par une cause opposée, la rareté des bras qui tend à se manifester dans la majeure partie de la France.


§2 - ETAT CIVIL DE L'OUVRIERE

L'ouvrière a subi le sort commun à un trop grand nopmbre de filles des centres manufacturiers (C). Elle a été séduite par un ouvrier serrurier, déjà père d'un enfant naturel dont la mère est morte de chagrin. Il est résulté de cette liaison un enfant du sexe masculin. La famille se compose donc seulement de;

Sophie-Victoire T**, née à Lille.... 39 ans

Alphonse T**, id ......................... 7 ans

Le père et la mère de l'ouvrière sont décédés depuis longtemps; il ne reste, en fait d'ascendants, qu'une aïeule par la mère, âgée aujourd'hui de près de 100 ans, et une tante célibataire, âgée de 50 ans. L'ouvrière a 4 frères et 3 soeurs. Tous sont nés à Lille et y demeurent actuellement. Trois des frères exercent laprofession de retordeurs de fil; le quatrième, le plus jeune, en ce moment sous les drapeaux, a appris l'art de tailler le diamantDes trois soeurs de Sophie T** la première est mariée à un serrurier, la seonde est femme de chambre et la troisième est entrée dans un couvent. La tante est dentellière et n'a absolument pour vivre que le produit de son travailn qui ne dépasse pas 40 à 50 centimes par jour.


§3 - RELIGION ET HABITUDES MORALES

L'ouvrière est née de parents catholiques. Elevée par sa mère dans des sentiments pieux, elle les a toujours conservés. Malgré sa pauvreté et la nécessité de consacrer tous ses instants au travail, elle va chaque dimanche à une messe du matin. Toutefois, son éducation religieuse a été peu soignée; elle pratique, mais plutôt par tradition que par une fois éclairée. Sa condition ne lui permet guère de suivre les prescriptions de l'Eglise touchant les aliments gras ou maigres. Sa nourriture, comme celle de l'enfant, est d'une abstinence à peu près perpetuelle. L'ouvrière a de l'intelligence, de l'esprit, un dévouement inaltérable pour son enfant et un fond de gaieté qui l'abandonne rarement. Son heureux caractère lui fait supporter aisément ses souffrances physiques. Dans l'hiver, lorsqu'elle est sans feu et n'a pour passer la nuit sur son grabat qu'une mince couverture de coton gris, elle entasse ses vêtements sur l'enfant pour le garantir du froid. Sa conduite n'a pas toujours été pure; mais les circonstances dans lesquelles la malheureuse fille a succombé, les souffrances morales et physiques qu'elle a enduré, son dévouement pour son enfant, semblent devoir racheter sa faute. Un ouvrier qui avait déjà semé le déshonneur dans une famille l'a séduite après lui avoir formellement promis de l'épouser. Elle devient enceinte, et son état bientôt découvert la met en butte aux reproches et même aux injures de ceux qui l'entourent. Deux de ses frères, cependant, vont trouver le séducteur et l'engagent à réparer sa faute par un mariage. La peur fait promettre à celui-ci ce qu'il a l'intention de ne pas tenir,; il dit qu'il n'a pas de ressources et demande un délai de trois mois pour exécuter sa promesse. Satisfait d'une réponse qui rétablit en quelque sorte l'honneur d'une famille, un des frères offre au séducteur de lui prêter 300 francs pour les premiers achats d'objets de ménage. Tout est accepté et convenu; la future achète de la toile et commence même à faire une paillasse et des draps. Les trois mois écoulés, les deux frères vont de nouveau chez le séducteur, il promet une seconde fois de se marier, et l'on prend rendez-vous pour se rendre le lendemain à la mairie, afin de demander la publication des bans. Mais, le lendemain matin, cet homme partait par le chemin de fer pour Paris. La colère de toute la famille retomba sur la malheureuse abandonnée; ce fut à qui la repousserait. Cependant, elle put faire ses couches dans un faubourg, chez sa vieille tante (§2). Jusqu'à l'âge de 8 ans, époque où elle a perdu son père, elle est allée à l'école; elle sait passablement lire mais elle ne sait pas écrire. elle chante avec goût, et sans aucune notion musicale, des chansons en patois du pays. Elle envoie son enfant à l'école des frères de la Doctrine chrétienne, et elle paraît attacher beaucoup d'importance à ce qu'il y fasse des progrès. Elle désire qu'il devienne commis, parce qu'elle est persuadée que l'enfant n'est pas assez robuste pour exercer un état manuel. L'ouvrière ne semble pas avoir conscience de sa misère. Elle ne songe guère à l'avenir que pour son enfant. Il lui est souvent arrivé en 1848 et 1849, de manquer de travail et par conséquent de pain, et cependant elle a eu assez de dignité pour ne pas tendre la main. Les secours qu'elle a reçus à cette époque lui ont été offerts spontanément par des personnes dont elle avait gagné l'estime par sa bonne conduite habituelle.


§4 - HYGIENE ET SERVICE DE SANTE

L'ouvrière a un tempérament lymphatique. Elle est de taille moyenne (1 m 60). Ses cheveux sont châtain-clair et peu abondants. Tout en elle annonce une constitution affaiblie par les privations, l'excès de travail et les souffrances physiques. Elle est sujette à de violentes migraines dont la durée est de plusieurs jours; cette affection, qui semble l'anéantir et la rendre incapable de tout travail, est accompagnée de vomissements dus à un état d'irritabilité nerveuse de l'estomac. Cet état de chronique de maladie n'affecte en rien le bon caractère de l'ouvrière; elle est généralement gaie et paraît souffrir avec beaucoup de patience. Il est probable que dans d'autres conditions d'existence, telles qu'un travail modéré, une bonne alimentation et de chauds vêtements, l'ouvrière aurait vu disparaître des accidents qui sont dus, très probablement, à un accouchement effectué dans les circonstances les plus affligeantes. Enceinte et délaissée par son séducteur (C) comme on l'a vu plus haut, repoussée par une partie de sa famille, elle n'a pu recevoir tous les soins que son état aurait exigés. Après des souffrances physiques et morales, qu'il serait difficile de décrire, il eut fallu du repos et une nourriture réparatrice; malheureusement, l'ouvrière fut obligée de se remettre promptement au travail, et ces tristes circonstances ont, depuis lors, laissé sur sa santé des traces profondes que son existence habitudelle (§9) n'a pu effacer. l'ouvrière ne reçoit point de soins médicaux. Si elle éprouvait autre chose que ses migraines périodiques, elle devrait recourir au médecin des pauvres. L'enfant est pâle, maigre, et toute sa constitution est empreinte de débilité. Il est, toute fois, mieux portant que le semble comporter la vie misérable à laquelle il est voué. A l'exception d'une forte fluxion de poitrine qui a duré six semaines, il n'a pas eu d'autres maladies que celles qui affectent généralement l'enfance, telles que la rougeole ou la scarlatine. Sa faiblesse de constitution ne semble pas permettre qu'on lui donne un état manuel.


§5 - RANG DE LA FAMILLE

L'état de fille-mère place l'ouvrière au dernier rang de la société : elle rencontre peu de sympathie et de pitié. Vivant dans un quartier pauvre et sans espoiur de pouvoir s'élever à une condition meilleure, l'ouvrière semble résignée à demeurer dans le cercle étroit que le sort lui a tracé. En effet, elle n'a rien à espérer de l'avenir; ses frères sont des ouvrier dont le travail suffit à peine à leurs besoins, et ses soeurs sont elles-mêmes dans une position précaire (§2). Un mariage pourrait la faire sortir de l'état d'isolement où elle se trouve, et lui rendre la vie moins pénible. des propositions lui ont été faites, mais elles les a repoussées, dans l'intérêt de son enfant.


II. Moyens d'existence de la famille

§6 - PROPRIETES

(Mobiliers et vêtements non compris)

Immeubles ...................................... 0 f 00

L'ouvrière n'a aucune propriété immobilière et semble ne devoir jamais être en position d'en acquérir même par voie d'hérédité.

Argent ............................................. 0 f 00
L'ouvrière peut à peine suffire aux premières nécessités de la vie. Son salaire est ordinairement absorbé d'avance par de petites dettes contractées auprès des fournisseurs.

Matériel spécial des travaux et industries........................ 0 f 95

12 aiguilles divers: 0 f 15; 1 paire de ciseaux : 0 f 50; 1 pelote de coton: 0 f 151 dé à coudre : 0 f 15 - TOTAL 0 f 95

VALEUR TOTALE DES PROPRIETES ........................... 0 f 95


§7 - SUBVENTIONS

La plus importante subvention dont profite l'ouvrière consiste dans le paiement de son loyer par un de ses frères. Sa famille, composée d'ouvriers, est dans la gêne et ne peut lui fournir d'autres secours. Une couple de chemises lui sont données annuellement par son patron, et des vêtements hors de service, qu'une personne bienfaisante lui envoie de temps à autre, servent à habiller l'enfant. Celui-ci reçoit en outre l'éducation gratis chez les frères de la Doctrine chrétienne; cependant cette éducation entraîne, pour la mère, une dépense d'environ 6 f par an piour achats de plumes, livres, etc. La subvention du loyer est de 72 f par an. Quant aux dons en nature, c'est-à-dire en linge ou vêtements vieux, on peut les évaluer pour l'année, savoir:

chemises .......................... 6 f

vieux vêtements ................ 8 f

total.............................. = 14 f


§8 - TRAVAUX ET INDUSTRIES

Tout le travail de l'ouvrière est exécuté chez elle, au compte d'un patron, et à la pièce. l'ouvrière monte des chemises d'hommes ou tire des fils. Ce dernier travail consiste à tire, de place en place, à 1 centimètre de distance, un fil de chaîne de la toile déstinée à former le devant d'une chemise? Quand tous les fils sont tirés, on rejoint deux à deux, les espaces livres du fil de chaîne et on y place une couture. Il en résulte un tube de toile, qui, aplati par le fer àrepasser, donne un pli d'un demi-centimètre de largeur. Ce mode de préparation a pour but de rendre les plis d'une largeur parfaitement égale. Le tirage des fils n'est confié dans les ateliers qu'aux meilleures ouvrières; c'est le travail le plus fatigant, mais aussi le mieux rétribué. Avec la couture qui forme les plis des devants, le tirage des fils est payé, à Lille, dans les maisons où se fabrique la lingerie de luxe, à raison de 3 f 50 les cent plis. Aux ouvrières d'une habileté secondaire, on livre la toile des devants avec les fils tout tirés, de sorte qu'il ne reste plus à faire que la couture; elles reçoivent alors 2 f 50 seulement pour les cent plis. Le temps nécessaire pour tirer les fils et coudre cent plis est au moins de 20 heures de travail. l'ouvrière consacrant 10 heures par jour à sa besogne, gagne donx 1 f 75 quotidiennement; mais il y a lieu de déuire un quart de produit pour chômages résultant des déplacements et des maladies. L'ouvrière consacre le dimanche au nettoyage de sa chambre, au blanchissage, à la confection et au raccomodage de ses vêtements et de ceux de son enfant. elle est attachée depuis 13 ans à la même maison de lingerie, où elle a trouvé sans interruption, pendant cette longue période, un travail payé aussitôt la livraison effectuée. L'enfant, âgé de 7 ans, n'exécute aucun travail manuel, il fait quelques commissions pour sa mère, ce qui présente pour celle-ci une économie de temps d'à peu près une heure par jour.


III. Modes d'existence de la famille

§9 - ALIMENTS ET REPAS

L'ouvrière et son enfant font généralement quatre repas par jour, en y comprenant un goûter qui est d'usage dans le pays. Le déjeuner, à huit heures du matin, se compose d'un peu de pain légérement beurré qu'ils trempent dans du lait pur ou coupé d'eau de chicorée, et quelquefois dans du lait de beurre. Le diner, qui a lieu à midi précis, consiste en pain et légumes (le plus souvent des pommes de terre) auxquels s'ajoute parfois un peu de viande. Autant que possible l'ouvrière met le pot-au-feu (N°1 §9) deux fois par semaine, pais avec des morceaux de viande de qualité inférieure et en quantité trop minime pour qu'il en résulte un aliment suffisamment substantiel. Le goûter, vers quatre heures du soir, ne comprte qu'une tartine, longue et mince tranche de pain légérement beurrée. Enfin le souper, qui se prend ordinairement à huit heures du soir, se compose, comme le déjeuner, de pain trempé dans du lait pur ou mélangé. L'ouvrière ne consomme aucune boisson fermentée. La bière du pays est beaucoup trop chère (D), la première qualité coûtant 25 centimes, et la seconde 10 à 12 centimes et demi la canette (mesure qui est égale à notre litre) [note de l'auteur : Canette: expression très usitée aujourd'hui pour désigner une mesure de bière égale au litre, nous vient du vieux mot hollandais kan, pot, qui fait au diminutif kannetje, petit pot, d'où sort canette. Le kan hollandais contenait un peu plus de deux litres,et par conséquent, la canette serait d'un peu plus d'un litre mais il s'est fait çà et là la même transformation que pour notre aune, qui n'était que de 119 centimètres, afin de la mettre en rapport avec le système décimal, on l'a allongée à 120 centimères, tandis que la canette a été réduite et ajustée à la contenance du litre.]. Cette dernière boisson, dite petite bière, est généralement si faible, que les ouvriers du pays n'en consomment presque pas, elle ne figure que sur la table des petits bourgeois où l'insuffisance de cette boisson est compensée par l'emploi fréquent du café et par une nourriture substantielle. Il est regrettable que Sophie T** ne puisse faire usage de cette boisson tout à la fois tonique et nourrissante. Le café ne doit être mentionné ici qu'à titre d'exception, et n'est pris que dans de très rares occasions, si économiquement qu'il soit fait, son prix de revient est toujours trop élevé pour entrer régulièrement dans l'alimentation de l'ouvrière, qui mêle ordinairement à son lait une infusion de chicorée?


§10 - HABITATION, MOBILIER ET VETEMENTS

L'ouvrière habite à Lille, dans la rue de Fives, une seule pièce située au deuxième et dernier étage de la maison.Cette chambre reçoit l'air le jourpar une seule fenêtre, ouverte au sud-est et donnant sur les remparts. Cette fenêtre est fort élevéeau-dessus du sol, de sorte qu'il faut monter sur une chaise pour voir à l'extérieur. La surface totale de la pièce est de 10 mètres et la hauteur de 2 m 50. Les murs sont absolument nus. Il n'y a point de cheminée, celle-ci est remplacée par un poêle. Dans les premiers de la semaine, l'intérieur est assez propre. Le plancher, composé de carreaux, est lavé chaque dimanche selon la coutume lilloise. Le loyer de cette chambre est côté 6 f par mois, mais il est dait remise (§7) de cette dépense à l'ouvrière par un de ses frères qui est le principal locataire de la maison. Le mobilier a l'aspect le plus triste, il se compose des objets suivants:


MEUBLES : d'un aspect délabré....... 6 f 50

Lit : 1 lit composé de quatre planches réunis par des pieux, dit lit de choléra [note de l'auteur : ce genre de lit a été fabriqué à la hâte en 1849, aux frais de la ville de Lille, lors de l'épidémie cholérique, pour les nombreux malades qu'on retirait des caves où ils étaient logés. De là, la dénomination de lit de choléra] - paillasse (mauvaise) : 1 f 25 - couverture de coton gris : 0 f 75 - 1 traversin plein de paille : 0 f 50 - Total, 5f50

2° - meubles de l'unique chambre : 1 petite table délabrée : 0 f 60 - 2 chaises déformées et presque défoncées : 0 f 40 - Total : 1 f

USTENSILES : insuffisants et usés............ 10 f 30

employés pour le service de l'alimentation : 2 cuillers, 1 fourchette et 1 couteau : 0 f 50 - poêlon en terre: 0 f 20 - 2 assiettes et 2 tasses : 0 f 60 - total 1 f30

employés pour usage divers: 1 poêle de corps de garde, usé ainsi que ses accessoires : 9 f 00 - 1 lampe : 9 f 00, Total 9 f 00

VETEMENTS : insuffisants et usés............ 160 f 55

vetements de l'ouvrière (143 f 95). Les meilleurs vêtements de l'ouvrière sont engagés au Mont-de-Piété

vêtements du dimanche, engagés au Mont-de-Piété - 2 châles, 13 f 00, 1 manteau de drap : 40 f 00, 2 robes en mérinos : 20 f 00, 1 robe en mousseline de laine : 6 f 00, 6 chemises en toile : 30 f 00, 1 mantelet en soie : 15 f 00, Total 124 f 00

vêtements de travail ; 2 chemises (mauvaises) 2 f 00, 2 jupons : 2 f 00, 1 paire de bas : 0 f 75, 3 robes, dont 1 neuve : 13 f 00, 2 mouchoirs : 0 f 50, 1 paire de vieux souliers : 1 f 00, 1 paire de sabots : 0 f 60 Total 19f 95

vêtements de l'enfant (16 f 60): ces vêtements, confectionnés avec d'autres vêtements hors d'usage, sont dependant propres :1 veste : 1 f 50, 1paletot de drap : 4 f 00, 1 pantalon de drap : 3 f 00, 1 casquette : 1 f 00, 1 paire de bas : 0 f 40, 1 paire de souliers : 3 f 00, 2 mouchoirs : 0 f 60, 2 chemises : 2 f 50, 1 paire de sabots : 0 f 60 , total : 16f


VALEUR TOTAL DU MOBILIER ET DES VETEMENTS......... 177 f 35


§ 11 - RECREATIONS

L'ouvrière ne peut se livrer à aucune récréation, son état de pénurie en est la cause. Toutefois, comme elle appartient à une famille nombreuse, elle trouve çà et là quelques soirées de délassement, telles que la solennité des Rois, fête traditionnelle du pays, dont un lapin, assaisonné avec des oignons et des pruneaux, fait tous les frais; le mardi gras, où se mange la tête de veau; enfin la fête du Broquelet, fête des gens qui travaillent le fil et qui se célèbre dans la famille, parce que de père en fils, on y a exercé la profession de retordeur. Le Broquelet (E) est une fête presque antionale, car c'est celle de tous les corps de métiers qui, directement ou indirectement, manient le fil; depuis que la vapeur a pris la place presque partout à côté du travail de l'homme, le Broquelet comprend même les mécaniciens attachés aux filatures de lin.



IV - Histoire de la famille

§ 12 - PHASES PRINCIPALES DE L'EXISTENCE

La vie de l'ouvrière ne présente rien qui sorte du cercle des faits les plus ordinaires. Il n'en n'est pas de même de celle de la sa famille, dont les vicissitudes méritent d'être mentionnées. Le père était né à Marcq-en Baroeul, en 1792, pendant le célébre bombardement de Lille. il apprit de bonne heure la profession de retordeur, qui était celle de ses ancêtres. En 1810, il fut appelé sous les drapeaux, et ne rentra dans ses foyers qu'après la chute de l'Empire. il épousa, en 1817, une dentellière, née à Lille en 1798, dont il eut 9 enfants. Sa mort fut tout à fait prématurée: un de ses enfants, dont il question dans cette monographie, tomba un jour dans une fosse d'aisance peu profonde. Le père se fit aussitôt suspendre par les pieds pour sauver l'enfant; il y parvint après des tentatives réitérées. On était en hiver, la secousse morale, le froid et la fatigue qu'il avait éprouvé altérèrent sa santé, et il mourut, laissant une veuve avec huit enfants encore en bas âge; mais heureusement avec une profession assez lucrative qui avait permis à la famille d'amasser de notables économies. En 1842, la veuve prospérait, malgré les lourdes charges quand, à cette époque, elle se vit complétement ruinée par la fuite, à l'étranger, du patron qui jusque là lui avait fourni du travail, et qui, à ce titre, était dépositaire de tout l'avoir de la famille. La mère de famille mourut quelque temps après d'une tumeur au sein. A la suite de ce funeste événement, l'ouvrière dont il est question dans la présente monographie entra immédiatement dans un atelier de lingerie; élevée par une mère laborieuse, et laborieuse elle-même, elle ne tarda pas à être en mseure de suffire à ses premiers besoins. Elle eût trouvé dans le mariage la situation habituellement acquise aux classes ouvrières de la localité, si la séduction dont elle a été victime (§2) n'avait brisé son coeur.


§ 13 - MOEURS ET INSTITUTIONS ASSURANT LE BIEN-ETRE PHYSIQUE ET MORAL DE LA FAMILLE.

L'ouvrière ne fait partie d'aucune corporation civile ou religieuse qui puisse l'aider en cas de besoin. Sa position de fille-mère lui crée des embarras auprès des institutions de bienfaisance, et la place, lorsque les secours sont limités, dans une condition un peu différente de celle celle d'une mère de famille réduite aux mêmes nécessités. L'enfant subit dans sa classe les effets de cette malheureuse et fausse situation : les frères de la Doctrine chrétienne, contraints par les règlements de la ville, lui font payer 6 f par an pour des livres et des fournitures qu'ils pourraient donner gratis aux enfants légitimes. Cette rigueur pour les enfants naturels se retrouve quelquefois en France dans certains réglements d'oeuvres charitables, destinée sans doute à prévenir l'inconduite, il est douteux qu'elle atteigne le but, tandis qu'elle aggrave assurément des malheurs irréparables.


NOTES

FAITS IMORTANTS D'ORGANISATION SOCIALE; PARTICULARITES REMARQUABLES; APPRECIATIONS GENERALES; CONCLUSIONS


(A) SUR LA CONDITION ACTUELLE DES CLASSES OUVRIERES A LILLE

Après Lyon, Lille est peut-être en France le centre industriel le plus plus intéressant à étudier. Il y a environ vingt ans, cette ville fut, de la part de M. Blanqui, membre de l'institut, l'objet d'une enquête qui attira sur elle l'attention générale sur la condition de ses ouvriers. Le savant économiste y rencontra d'épouvantables misères, qu'il dut aller découvrir au find de bouges infects; il les dépeignit avec autant de chameur que de talent. Son travail souleva de vives réclamations de la part de l'édilité lilloise, pais il eut néanmoins pour résultat de faire fermer la majeure partie des caves humides et obscures qui servaient d'habitiations à une foule d'ouvriersLa situation intolérable des ouvriers de Lille, telle que la décrivait M. Blanqui, s'est beaucoupo améliorée; mais elle est bien mauvaise encore. Cela tient à de nombreuses causes : à l'insalubrité dune climat constamment humide, à la stagnation des canaux, des eaux qui traversent la ville et qui, corrompues par un grand nombre de produits industriels, exhalent des miasmes dangereux ou au moins malsains; à l'insuffisance du prix de la main-d'oeuvre par suite de la concurrence des ouvriers belges (B) qui abandonnent leur pays où le travail est encore moins rétribué; à l'insuffisance aussi de la nourriture, qui, composé presque exclusivement de pommes de terre, dont la qualité décroit d'année en année, ne répare pas chez l'ouvrier les pertes qu'entraîne son travail, la privation à peu près complète de boissons réconfortantes, la bière étant constamment d'un prix trop élevé pour entrer dans l'alimentation journalière des ouvriers; enfin, à l'emploi trop fréquent des alcools de grain, sous forme de genièvre, hydromel, etc., au lieu de bière ou de vin.



(B) DE L'INFLUENCE DE LA BELGIQUE SUR LES SALAIRES DES OUVRIERS DU NORD

Le voisinage de la Belgique est, pour la population ouvrière du Nord, une cause permanente de malaise. Des légions de pauvres éhontés, affamés, dangereux, parcourent incessamment les Flandres, comme autrefois les bandes de Bohémiens parcouraient l'Europe. Parmi ces mendiants, il s'en trouve de valides et de bonne volonté; ils passent la frontière et viennent demander aux fabriques de Tourcoing, de Roubaix et de Lille, du travail à tout prix, du travail pour avoir du pain. Cette immigration vers la France est telle, qu'elle a fourni à Lille une population d'au moins 50.000 Belges sur les 150.000 habitants que contiennent l'enceinte nouvelle. Ce flot humain qui marche sans cesse de l'est à l'ouest, est composé de gens peu exigeants sur les conditions du travail; ils ne demandent qu'une chose, pouvoir subvenir à leurs premiers besoins. De là, une tendance des salaires, sinon à diminuer, du moins, à ne pas s'élever au niveau du prix actuel de toutes les choses nécessaires à la vie. Mais, comme c'est presque partout, c'est particulièrement le salaire des femmes qui présente sous ce rapport les faits les plus désolants. Les ouvrières en caleçon, en chemises communes, en dentelle, sont les plus mal traitées, leurs salaires sont aujourd'hui complétement insuffisants. Parmi les causes diverses qui rendent la vie des ouvriers si pénible dans les grands centres manufacturiers, et notamment à Lille, on peut mettre en première ligne la nécessité pour l'ouvrier de vivre dans l'intérieur d'une ville étroitement murée, où un grand nombre de personnes, riches par leur patrimoine ou leur profession entretiennent la cherté de tout ce qui constitue l'alimentation; à cette cherté vient séjouter celle des loyers résultant du défaut d'espace, état de choses dont on souffre dans toutes les places militaires. On a parlé plus haut de la concurrence des ouvriers belges qui, dans le présent, porte une attteinte facheuse aux salaires de l'ouvrier lillois; quant à son avenir, comme il n'existe pour lui aucun moyen possible de s'élever au-dessus de sa condition, il n'y songe même pas et vit à tous les égards dans la plus complète insouciance. Enfin, l'ivrognerie à laquelle sont notoirement enclins la plupart des ouvriers du nord de la France, et leur propension aux récréations ruineuses (E), absorbent une forte part du produit de leur travail; ici, comme partout [les Ouv. europ. XXXVI (B)], c'est donc, dans le vice et dans l'imprévoyance, que se trouve la cause principale des privations que subit l'ouvrier lillois.


(C) SUR LA SEDUCTION DES OUVRIERES DANS LES CENTRES MANUFACTURIERS

Les actes de séduction, semblables à celui que signale la présente monographie, sont fréquents dans les centres manufacturiers. Dès leur plus jeune âge, les ouvrières entendent dans les ateliers des conversations et des chants contraires aux bonnes moeurs. Plus tard, le goût de la promenade et de la danse les entraîne aux kermesses et aux fêtes du pays; elles y font de fâcheuses connaissances et échappent rarement à la séduction, car elles n'ont pour les guider ou les retenir ni l'éducation morale et religieuse, ni le bon exemple; il n'est pas rare que leur mère, leur soeur ou quelqu'une de leurs parentes n'ait eu elle-même des relations coupables avant d'être mariée. Dans les classes ouvrières, d'ailleurs, la fille devenue mère n'encourt pas autant de mépris que celle qui succomberait dans une classe plus élevée. Souvent un mariage vient effacer les fautes de jeunesse, et dans les départements du Nord notamment, il semble que les filles-mères se marient plus facilement que les autres. Ce fait, maintes fois constaté par l'auteur de la présente monographie, lui paraît devoir être expliqué ainsi : la fille séduite et délaissée, comprenant bien l'étendue de sa faute et les résultats de son isolement, cherche par tous les moyens possibles à régulariser sa position et à trouver un appui; ayant ce but devant elle et plus sûre d'elle-même, elle trouve plus vite un mari qu'une jeune fille novice et timide. Les faits de séduction, déjà si regrettables quand ils ont lieu entre ouvriers et ouvrières, prennent un caractère bien plus grave quand ils doivent être attribués aux patrons, aux chefs d'atelier et aux commis. On ne saurait qualifier de tels actes avec trop d'indignation! il serait toutefois injuste d'attribuer exclusivement à l'industrie le relâchement des moeurs qu'on remarque dans les départements du Nord; les filles de la campagne sont tout aussi faibles que celles des villes, et ce qu'il y a de triste à dire, c'est que la plupart d'entre elles cherchent à entrer en relations intimes avec les jeunes paysans riches pour s'en faire épouser. De là un grand nombre de naissances illégitimes que les intérêts sordides empêchent le plus souvent de régulariser par le mariage. En 1856, la commune de R**, située dans la banlieue de Lille, dont la population est d'environ 800 habitants, comptait 16 filles enceintes. Quelques bons esprits douloureusement affectés par les nombreux cas de séduction que l'on constate en France, voudraient voir introduire dans notre code les principes de la législation de l'Angleterre en cette matière (F). Ils prétendent, et il est impossible de le nier, qu'en Angleterre la femme est plus libre que dans notre pays, qu'elle peut sortir seule, faire même de longs voyages, sans avoir à craindre des galanteries de mauvais goût ou entendre des paroles blessantes pour sa pudeur. Ils assurent que c'est à la salutaire terreur qu'inspirent les lois répressives de la séduction qu'il faut attibuer cette sécurité dont jouissent les femmes de l'autre côté de la Manche. Cette opinion ne parait pas fondée sur une connaissance parfaite des lois anglaises. Il serait fort intéressant de rechercher les causes de la supériorité qu'offre l'Angleterre sous le rapport des moeurs, mais les considérations exposées ci-après semblent prouver qu'elles se saurait être attribuée à la législation? A. De Laya, le savant commentateur du Droit anglais (Paris, in-8°, 1845, tome II, page 191) s'exprime ainsi; "Il n'y a pas dans leslois anglaises de disposition pénale directe contre la séduction, considérée comme injure civile ou criminelle. la loi des pauvres impose à la femme qui a quelques ressoureces l'obligation de pourvoir à l'entretien complet de son enfant illégitime, et son séducteur est déchargé de toute responsabilité. a moins qu'une femme n'ait reçu promesse formelle de mariage, elle n'a aucune réparation à réclamer légalement de son séducteur, et encore faut-il que la promesse de mariage soit faite par écrit ou sous-entendue dans des circonstances d'où la preuve découle d'une façon évidente." Il a été impossible à l'auteur précité de citer le texte de loi qui régit la séduction, même légalement établie, car on sait qu'en Angleterre, il n'y a point de code pour l'appréciation des faits, il n'y a que des coutumes mises en pratique depuis des siècles et nombreux arrêts qui servent de point de comparaison avec la cause soumise au juge. Ces arrêts sont écrits sur parchemin et conservés en rouleaux (enrolled), s'ils sont rendus par une Cour de record, quant à ceux qui émanent des tribunaux inférieurs, ils ne sont point conservés. En angleterre, où tout se résume par de l'argent, la peine appliquée au séducteur qui a pris des engagements est celle des dommages-intérpets, dont le montant varie selon le rang et la fortune de la personne séduite et de son séducteur. Il n'est jamais question de réparation au moyen d'un mariage forcé, les législateurs anglais comme les nôtres ont compris que le mariage devait rester un acte de consentement mutuel et non devenir une pénalité. Toutefoisla loi anglaise peut frapper un séducteur, bien qu'il n'ait pris aucun engagement par écrit et voici la doctrine admise en pareille circonstance : Dans aucun cas la femme séduite ne peut plaider sa cause, et demander des dommages-intérêts directement pour elle, soit comme dédommagement de ses souffrances personnelles, soit comme compensation à la perte de son honneur et de sa réputation. Mais, au moyen de la fiction légale fort ancienne citée par De Laya, un parent, ou toute autre personne in loco parentis, peut réclamer pour lui des dommages-intérêts, s'il peut prouver qu'il a été lésé par suite de la séduction, c'est-à-dire en perdant les services que lui rendait la personne séduite. Les personnes qui, par une tolérance des tribunaux anglais, sont admises à intenter une action en dommages-intérêts pour fait de séduction, sont : le père pour sa fille, le frère pour sa soeur, l'oncle pour sa nièce, le tuteur pour sa pupille, le maître pour sa servante, et enfin la Cour de Chancellerie pour les jeunes filles confiées à sa tutelle par testament (loi du règne de Charles II). Dans toute action, le plaignant doit au préalable prouver qu'il est dans la catégorie des parents ou tuteurs en question, ou q'il est en voie d'y entrer; qu'au moment du fait de séduction la personne séduite lui rendait des services dont la privation lui est onéreuse, quelque peu importants qu'aient été ces services. A ce dernier point de vue la loi est fort tolérante car in admet comme service le simple fait d'avoir trait une vache ou versé une tasse de thé. Il ne faudrait cependant pas trop compter sur les tribunaux anglais pour en obtenir une constante justice, car tandis qu'une fille qui couche hors de la maison paternelle, mais vient dans la journée y soigner le ménage, peut, si elle devient enceinte, obtenir réparation pécuniaire sur la demande de son père; une autre fille qui demeure chez des connaissances en qualité de femme de charge, et va visiter fréquemment ses parents, n'obtiendra rien si elle se laisse séduire, parce que ses paretns n'auront pas le droit de poursuivre, la preuve ne pouvant être fournie qu'elle avait l'intention de rentrer sous le toit paternel. Il y a plus, et ici, l'insuffisance de la loi anglaise touche à l'odieux, elle abandonne les victimes qui auraient le plus droit à sa protection. Ainsi, un père met sa fille en apprentissage chez un fabricant et paie une pension pour un certain nombre d'années. Au bout de quelques mois la fille est séduite par son patron; elle devient enceinte, et, pour donner le jour à son enfant, elle retourne chez son père, sur qui retombent tous les frais de médicamentation, d'entretien et de nourriture de la mère et de l'enfant. En ce cas, cependant, le père ne peut intenter aucune action civile, attendu que sa fille n'était pas à son service. Si la loi anglaise est indécise à l'égard des preuves à produire en cas de poursuite, elle est très précise à l'égard de l'âge des femmes pour lesquelles il peut être demandé une réparation. Toute femme séduite, quel que soit son âge, quelle que soit sa position, c'est-à-dire fille ou femme mariée séparée de son mari, est protégée par la loi; et cela n'a rie d'étrange, puisque la loi ne punit point la séduction et qu'elle se brone à réparer le dommage causé. Voici un exmple: une femme mariée depuis huit ans, mère de deux enfants, vivait séparée de son mari depuis cinq ans. Elle habitait la maison de son père où elle remplissait les fonctions de domestique. Elle se laissa séduire, devint enceinte et accoucha d'un garçon. Le père intenta une action en dommages-intérêts contre le séducteur, en se fondant sur la perte des services de sa fille, et il eut gain de cause devant le tribunal. Le séducteur peut échapper à une condamnation, en prouvant qu'il n'est pas le père de l'enfant; ou que la femme a eu des rapports intimes avec d'autres que lui; ou que la femme est notoirement connue pour vivre dans le désordre. Toutefois, cette dernière allégation ne pourrait faire que réduire la somme des dommages-intérêts à allouer car la logique de la jurisprudence anglaise dit "que si le plaignant a perdu les services de la personne séduite, c'est toujours du fait du séducteur, qui ne peut nier l'immoralité de sa propre conduite." On voit par ce qui précéde que la légisaltion anglaise ne punit pas la séduction. Elle se borne à allouer des indemnités non à la femme qui a succombé, mlais aux parents ou tuteurs qui ont pu souffrir dans leurs intérêts des suites de sa faiblesse. Même à ce point de vue restreint, la loi reste encore si imparfaite, si inefficace, qu'il s'est formé à Londres une société protectrice des femmes dite : Society for the suppression of vice (Société pour la suppression du vice). Il ne parait pas que cette bienfaisante institution, en l'absence de tout texte écrit et formel à invoquer,ait eu les résultats qu'en attendaient ses fondateurs. En France, bien que l'article 340 du coce civil interdise la recherche de la paternité, la loi est loin de rester impuissante dans les cas de séduction, où les preuves ont le caractère de l'évidence. Ainsi les articles 334 et 335 du code pénal sont une arme vigoureuse dans la main du juge pour frapper ceux qui ont abusé d'une fille, en se servant de leur influence, qu'elle résulte de l'âge ou de la position sociale. La loi française inflige des peines corporelle et des amendes, tandis que la loi anglaise n'exige que des dommages-intérêts. De plus, la loi française considère les filles comme mineures jusqu'à l'âge de seize ans révolus, tandis qu'en Angleterre, l'état de minorité cesse à quatorze ans, du moins pour les cas de séduction qualifiés de crimes. Il est donc permus de conclure de ce qui précéde: que la loi française est plus protectrice que la loi anglaise, et que si l'application n'en est pas faite plus fréquemment, cela tient plutôt à nos meours qu'à l'insuffisance des moyens de répression.


(D) SUR LES BOISSONS EN USAGE A LILLE

Dans un pays froid et humide, il serait de première nécessité que les ouvriers pussent faire bon usage d'une boisson tonique, réconfortante et à bon marché. La bière, à en juger par les ingrédients qui la composent, a des qualités hygiéniques, mais elle est toujours chère. Elle se vend 0,25 f le litre sur les lieux de production; une barrique de 228 litres reviendrait donc, au détail, à 57 f, c'est-à-dire au prix des vins ordinaires de la Bourgogne et de Mâconnais dans les années fertiles. Le prix de la bière ne depend en aucune façon de celui des produits dont elle est extraite; il reste constamment le même quelles que soient les variations produites dans la valeur des grains par l'abondance et la pénurie des marchés. Cet état de choses résulte de l'organisation même de la vente des bières à Lille. Tout débit ou estaminet appartient à un brasseur qui, seul, y livre de la bière. Il fait au débitant une remise qui s'élève ordinairement à 10 f par rondelle ou tonneau de 160 litres. Le brasseur de fabrique jamais qu'une quantité de bière déterminée par le nombre de ses estaminets. Enfin les brasseurs étant peu nombreux, à cause du capital considérable qu'exige leur profession, ne sont point entre eux de concurrence sérieuse. Ils ont même été accusés de s'entendre de façon illicite, et en 1854, ils ont été traduits devant la police correctionnelle pour délit de coalition. Il est vrai qu'à cette époque les grains et les houblons étaient très chers. Le prix de l'hectolitre à brasser qui est en moyenne de 12 f valait alors 17 à 18 f; et les houblons qui se payaient communément 1 f 50 le kilogramme se cotaient 7 f 50 et 8 f. Dans ces conditions, les brasseurs devaient perdre sur leur fabrication. Il est à Lille quatorze brasseries. Il y en avait autrefois un plus grand nombre, mais les petits établissements ont du succomber à cause des dépenses énormes qu'occasionne l'entretien du matériel indispensable à cette industrie. Il y avait en outre beaucoup de cabaretiers brasseurs; eux aussi ont cessé de fabriquer, parce qu'ils ont reconnu qu'il y avait de sérieux avantages à s'approvisonner dans de grands établissements. Le petit nombre des brasseries dans Lille tient à plusieurs causes : le capital considérable à engager, l'entretien très couteux du matériel, les bénéfices ecigus que donne la fabrication quand les grains ne sont pas à très-bas prix; enfin, les ennuis que donne l'exercice à domicile.Une petite brasserie qui fait 1.400 rondelles de bières (à 160 litres) par an dépense environ 1.000 f pour achat et réparation des tonneaux. Un tonneau neuf bien cerclé vaut 16 f. Ces frais sont énormes; ils représentent 18 % du prix de vente, c'est à dire 4 centimes 1/2 au litre. Quant au prix de revient de la bière, il est extrêmement difficile de l'établir, il varie comme le prix desgrains, et depends de la quantité des grains employée par les brasseurs. Dans l'arrondissement de Lille on compte qu'il faut, pour brasser une rondelle ou tonne de bière, 45 kilogrammes de grain et 1 kilogramme de houblon. Il y aurait à ajouter au prix de ces matières premières l'intérêt de la valeur de l'établissement et celui du fond de roulement, le combustible, la main-d'oeuvre, les coulages sur des bières qu'il faut garder six mois en cave avant de les livrer à la consommation, enfin les pertes sur celles qui tournent ou, pour servir des expressions du métier, deviennent mortes, aigres ou grasses. En résumé, les brasseurs de Lille n'ont pas de monopole, mais il serait très difficile de leur faire concurrence, avec l'organisation actuelle de leur vente, et c'est cette orgnaisation même qui leur a valu d'être poursuivis en police correctionnelle. on reconnaîtra sans peine que si les mots de coalition et d'accaparement sont aujourd'hui sans signification avec nos tendances à la liberté illimitée du commerce, la position exceptionnelle prise par les brasseurs lillois dans leur localité explique peut-être l'intervention de l'autorité dans le cas où ils ont voulu élever leurs prix de vente. Il est à regretter que la bière ne puisse être livrée à plus bas prix à la consommation, par suite de la cherté des vivres, se portait décidemment sur les boissons alocooliques, la statistique ne tarderait pas à en constater les malheureux effets.


(E) SUR LA FETE DU BROQUELET

Broquelet est un mot laissé dans le patois de la Flandre (le rouchi) par la domination espagnole. Il est assez curieux de voir quelle filiation il a suivi pour arriver jusqu'à nous. Broquelet n'est pas autre chose que Broquelete en espagnol, diminutif de Broquel (bouclier, appui) [ note de l'auteur : On trouve dans Ducange (dictionnaire de la basse lantinité) brocherium, inter arma vetita, in jure Vicentino, lib. 3, scuto, brochelerio, vel alio insigni armorum defensibilum - Notre mot bouclier ne semble pas venir de là; on retrouv ela véritable racine dans le mot celtique buklari, qui signifie bouclier, et vient lui-même de bukr, ventre]; Or, les dentelières, assisses sur une chaise très basse, travaillent sur un carreau d'étodde, renflé par le milieu, qui a la forme d'un bouclier carré, et sur lequel, en outre, elles s'appuient pour faire jouer les fuseaux entre leurs doigts. Il serait à désirer que beaucoup d'étymologies présentassent autant de certitude. Le Broquelet a donc dû être primitivement la fête des dentelières travaillant sur le carreau; puis sont venus se joindre à elles les fileurs et les retordeurs de fil, et de nos jours les mécaniciens. L'industrie se développant d'année en année, le goût des fêtes, qui règne dans le pays , a fait choisir le Broquelet pour fête patronale par d'autres corps de métier se rattachant de près ou de loin à l'emploi du fil; tels sont les fileurs de coton et de fil d'Ecosse, etc. Le Broquelet, comme toutes les fêtes d'ouvriers, est un jour de réjouissances, de libations démesurées, de repas prolongés et de danses de jour et de nuit. Dès le matin, les ouvriers se rendent au cabaret pour boire du genièvre (produit de la distillation de l'alcool sur des baies de genévrier); le choc des verres conduit à midi, heure traditionnelle du diner. Ce repas, qui réunit les membres de toute une famille et presque toujours des amis, se compose ordinairement d'un lapin assaisonné d'oignons et de pruneaux, de saucissons et d'une tête de veau à l'huile, la boisson est invariablement de la bière qui suivent le café et les liqueurs fortes. On reprend ensuite la bière, et les pipes s'allument jusqu'au moment de partir pour le bal. Jusqu'à ces dernières années, un seul établissement semblait avoir le privilège de servir à toutes les fêtes patronales : c'était la Nouvelle-Aventure, ancienne maison de campagne princière, située en dehors des murs, à 2 kilomètres environ de la ville et composé d'un long bâtiment flanqué de kiosques surhaussés. L'établissement avait par devant une grande cour fermée de grilles, et par derrière une vaste pelouse et des avenues couvertes de feuillages et impénétrables aux rayons du soleil. Les danses commençaient vers deux heures de l'après-midi et se prolongeaient jusqu'à minuit et quelquefois jusqu'au lendemain matin. La Nouvelle-Aventure, établissement unique en France pour ses dispositions grandioses, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, pouvait recevoir au moins 20.000 personnes, aujourd'hui abandonné et tombé en ruines, il doit être démoli pour faire place à une grande artère de la ville nouvelle.
Les ouvriers les plus aisés se rendent au bal en voiture, d'autres en vinaigrette, sorte de chaise à porteurs montée sur deux roues que traîne un homme attelé comme un cheval et que pousse une femme, obligée pour cela de se mettre dans la position la plus fatigante. On ne trouverait probablement plus ce dernier véhicule ailleurs qu'à Lille; ce n'est pas à regretter, car il n'est rien de plus affligeant que de rencontrer un être humain transformé en bête de trait, et il n'est pas rare, en été, par les grandes chaleurs, de voir quelques-uns de ceux ceux qui trainent les vinaigrettes tomber d'apoplexie au bout d'une course. Il y a 25 ou 30 ans, les ouvriers du Broquelet ornaient leur voiture de fête avec des guirlandes... de saucisses, entremêlées de fleurs, qu'on allait faire cuire dans un cabaret où l'on dinait, chantait et dansait. Le lendemain de la fête, il est 'usage de se rendre en pélerinage dans à Loos, petit village à une lieue de Lille, où se trouve un vaste établissement pénitentiare; là, après avoir allumé un cierge à Notre-Dame, on va boire et l'on danse. Ce sont les dernierds éclats de joie de la solennité du Broquelet. La fête du Broquelet entraîne tous les ouvriers qui la célébrent dans de grandes dépenses, et pour y faire face, ils ont recours à tous les moyens. Trois mois avant la solennité, qui a lieu le 9 mai de chaque année, si c'est un lundi, ou le lundi qui suit immédaitement cette date, on commence à faire des économies, non seulement sur le nécessaire mais même sur l'indispensable, sans toutefois toucher au superflu; dans le dernier mois qui précède la fête, on ne paye ni le boulanger, ni le boucher, ni l'épicier (appelé graissier dans le pays); on recourt au besoin à l'emprunt chez des amis, enfin, la veille du grand jour, on demande l'avance d'une quinzaine au patron. On peut ainsi réunir 100 ou 120 f qui disparaitront le lendemain sans laisser de trace. il est vrai qu'avec une partie de cet argent, on aura dégagé des vêtements neufs au Mont-de-Piété, où on pourra les reporter aprus la fête pour subvenir aux premiers besoins de l'existence. Mais si l'on considère les économies que font les ouvriers pendant trois mois avant la fête, les dettes qu'ils contractent chez leurs fournisseurs ou chez leurs amis, et les avances qu'ils prennent chez leur patron et qui seront à rembourser, on peut, san,s exagération, dire qu'ils dépensent en un jour, aux dépens de leur santé, six mois de bien-être et de vie paisible."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire