La suite d'Histoires du Nord ...

vendredi 5 août 2011

saint-Amand, évêque et confesseur (6 février)




"Né de parents nobles, amand se fit moine dès sa jeunesse. Se promenant dans son monastère, il vit un serpent: il pria Dieu, fit le signe de la croix, et obtint que la bête rentrât dans son nid pour n'en plus jamais sortir. Il se rendit, plus tard, au tombeau de saint Martin et y resta quinze ans, couvert d'un cilice, et sans autre aliment que de l'eau et du pain d'orge.


S'étant rendu à Rome, il voulut prier toute la nuit dans l'église de saint Pierre, mais le gardien de l'église le chassa brutalement. alors le saint s'endormit devant la porte, et saint Pierre lui apparut, qui lui ordonna de se rendre en Gaule pour y faire honte de ses crimes au roi Dagobert. Mais ce roi, irrité, lui enjoignit tout de suite de sortir de son royaume.


Cependant dagobert, qui se désolait de n'avoir pas de fils, finit par en obtenir un, à force de prières; et l'idée lui vint de faire baptiser son fils par saint Amand. Il fit donc rechercher celui-ci, se prosterna à ses pieds, le supplia de lui pardonner et de baptiser le fils que le Seigneur lui avait accordé. Le saint consentit volontiers à la première de ces demandes, mais se refusa à la seconde, ne voulant se mêler en rien aux choses séculières. Il céda pourtant aux instances du roi; et, au moment où il baptisait l'enfant, celui-ci répondit à haute voix : Amen. Le roi le promut alors à l'évêché de Maastricht. Mais comme saint Amand voyait qu'on y faisait peu de cas de sa prédication, il se rendit en Gascogne. Là, un jongleur qui se moquait de ses paroles fut envahi du démon et se déchira de ses propres dents, avouant qu'il avait injur à un homme de Dieu.


Certain évêque fit garder l'eau dans laquelle saint Amand s'était lavé les mains; et cette eau rendit, plus tard, la vue à un aveugle. Une autre fois, le saint, avec l'approbation du roi, voulut faire construire un monastère en un certain lieu; et l'évêque d'une ville voisine, à qui de projet déplaisait, envoya ses serviteurs pour chasser le saint, ou même le tuer. Et les serviteurs abrodant le saint, lui dirent par ruse qu'ils le conduiraient dans un autre lieuplus convenable encore pour la construction. Et le saint devina leur malice; mais, ayant soif du martyre, il les suivit jusqu'au haut d'une montagne où ils se proposaient de le tuer. Or voici qu'une pluie et un brouillard si épais couvrirent la montagne que les serviteurs de l'évêque ne se voyaient plus les uns les autres. Ils crurent qu'ils allaient mourir et, protesternés aux pieds du saint, ils le supllièrent d'obtenir de Dieu de s'en aller vivants. Et sur la prière du saint, le beau temps reparut, et les serviteurs de l'évêque s'en retournèrent chez eux; et saint Amand fit encore beaucoup d'autres miracles avant de s'endormir dans la paix du Seigneur. Ce saint florissait vers 653, sous le règne d'Héraclius."




in Jacques de Voragine - La Légende dorée - ca. 1255

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire