La suite d'Histoires du Nord ...

samedi 22 octobre 2011

Grande Guerre : Roubaix et Tourcoing sous la botte allemande

In M. Thiéry – 1914-1918 le Nord de la France sous le joug allemand – Paris 1919



« Roubaix et Tourcoing sous la botte allemande


Depuis la délivrance de Roubaix et de Tourcoing par les armées alliées, on a des renseignements sur le long martyre que les populations de ces deux villes eurent à endurer pendant les quatre années d’occupation.


En voici quelques échos.


Roubaix et Tourcoing, les deux cités jumelles de l’énergie et de l’effort industriel, subirent le vol méthodique, avec étiquetage, estimation de prix, bordereau d’envoi, bref un acte de banditisme industriel. Naturellement, les Allemands n’ont pas oublié leurs méthodes terroristes : rapts d’enfants, emprisonnements, amendes, lourds impôts, mais c’est la production, la source de richesses des deux puissantes cités qu’ils ont voulu tarir, et pour plusieurs années. Les deux villes ont gardé leur physionomie, leur aspect cossu, et devant les somptueux monuments publics, où revit notre Renaissance architecturale, devant les beaux hôtels, les larges avenues, on pense tout d’abord que l’activité des deux villes va bien vite renaître.


Hélas ! Il faudra attendre longtemps !


Toute cette beauté n’est plus qu’un décor qui cache des misères et des ruines. Les Allemands n’ont point dégradé les demeures des riches filateurs, patrons de tissage, teinturiers, imprimeurs sur étoffes, mais leurs usines n’existent plus ; ils ont laissé leurs toits aux pauvres gens, mais les métiers qui les faisaient vivre ont été brisés, détruits. Là aussi, comme partout ailleurs, la méthode allemande peut être fière de ses résultats.


Quatre ou cinq soldats vont, sous les ordres d’un chef, de maison en maison. Sitôt la porte franchie, ils se partagent le travail. Avant même que la maîtresse de céans ait pu se ressaisir, les uns montent au grenier, les autres au premier étage, d’autres explorent le rez-de-chaussée et la cave ; impossible de les suivre dans cette besogne, ils sont trop nombreux ; la maison est à leur merci, et bien des choses, en dehors des cuivres et des métaux, disparaissent. En moins d’une demi-heure, les barres d’escalier, les plaques des portes, la batterie de cuisine, les chaudières, les pendules, les œuvres d’art en cuivre ciselé et en bronze, les lampes, les chandeliers, tous les appareils d’éclairage non indispensables sont enlevés.


Ils ne s’arrêtent devant aucune supplication : les chambres des malades sont visitées comme les autres, peut-être plus que les autres ; dans une maison de Lille, une jeune fille supplie : « Maman est malade…, vous allez l’effrayer, vous allez la tuer ! Prenez tout, mais de grâce, ne pénétrez pas chez elle ! Qu’elle ignore que vous êtes ici ! » En vain, elle implore : sans aucun ménagement, à trois, ils entrent dans la chambre, arrachent aux fenêtres les tringles de cuivre, laissent tomber les rideaux et s’en vont.


Toutes les armoires sont ouvertes, les tiroirs vidés, renversés, les meubles déplacés ; c’est un massacre de toutes les œuvres d’art, de toutes les choses précieuses, de tous les souvenirs de famille, des antiquités. Rien n’est respecté : dans une coupe de vieux Saxe garnie de cuivre ciselé, on donne un coup de marteau, elle vole en éclats et le cuivre, lancé insolemment, va rejoindre les objets précieux, jetés pêle-mêle, dans un coin. L’argenterie fait l’objet d’examens minutieux ; ils s’emparent de tous les couverts, de tous les surtouts, de tous les objets en ruolz, les couverts des pauvres, presque toujours en étain, sont enlevés avec les casseroles, qui sont la seule richesse de leur cuisine. Dans les cafés, ils ont pris les pompes à bière, la tuyauterie, les mesures en étain, l’épicier s’est vu enlever ses plateaux de balance, ses poids en cuivre. Ils mettent les chambres, le salon, la salle à manger, toute la maison dans un état lamentable.


Avant de partir, ils vous interrogent pour vous demander si c’est bien tout, si vous n’avez rien caché. Ils déclarent alors que des gendarmes, des professionnels, passeront qui inspecteront l’immeuble et s’assureront que rien n’a échappé à la vigilance des soldats.


Et tandis que le chef jette un dernier regard pour s’assurer que rien n’a été oublié, ses hommes regardent un œil, ses hommes regardent d’un œil satisfait les objets qui se sont entassés pêle-mêle au hasard de leurs découvertes. Ils gisent là, les souvenirs du passé : vieilles pendules qui marquèrent tant d’heures de joie, vieux cuivres qui décoraient les meubles, lampes qui jetaient leur douce lumière sur les heures d’intimité ; une main sacrilège les a confondus dans un désordre affreux. Les soldats les réunissent en un faisceau informe, tous ensemble, ligotés, enlacés, attachés avec des cordes, on les emporte. Si vous faites une demande au chef, si vous le suppliez de vous laisser un souvenir quelconque, un objet familier, une chose indispensable, une œuvre d’art dont toute la valeur est dans le travail, il vous déclare que toute demande doit être présenté au dépôt des réquisitions, ordre, alors, vous est donné de vous présenter, le lendemain, à l’adresse indiquée. On vous laisse une fiche, avec un numéro correspondant à celui du paquet qu’on emporte. Chers souvenirs confondus dans la masse, froissés, pressés, ils s’en vont, à travers les rues, encadrés de casques à pointe, dans un cliquetis lugubre : protestation inconsciente des choses que l’on heurte, que l’on emporte, qui se désagrègent, contact imprévu des aspérités meurtrières, protestation des promiscuités, se confondant maintenant en un cri unanime : cri de ralliement des petites et des grandes choses, dépouilles du riche et du pauvre, unis eux aussi par les mêmes douleurs, faisant ensemble l’ascension du même calvaire, dans la même espérance, dans la même foi en la victoire ?


Les choses ont leur destin ; pour qui les comprend, elles ont une âme ; pour les Allemands, elles ne sont que matières, matières qui se couleront dans le même creuset : celui de la bataille.


Le lendemain, vous vous présentez au bureau des réquisitions : devant vous on pèse « la marchandise », œuvres d’art de nos maîtres, fines ciselures des siècles derniers, tout se met dans la balance ; un bon vous est délivré, représentant la valeur au kilo, et c’est tout. Parfois, on risque une demande : une femme, désignant un souvenir de famille, implore le soldat : celui-ci se hâte vers l’objet et, sous les yeux de la réclamante, le brise… et lui dit en riant : « le voilà, votre souvenir ! » Vous réclamez un bronze, une œuvre d’art : parfois on vous la rend ou bien on vous offre de la racheter au prix estimé par l’Allemand.


Après le passage des ravisseurs la maison a perdu l’éclat de ses cuivres, l’ordonnance qui la faisait chaude, accueillante, sympathique ; partout gisent des rideaux, du linge, des chaussures, tout ce qui compose l’intérieur est bouleversé.


Courageusement, la femme passe des cordons dans les rideaux, fixe les tentures avec des clous, remplace les barres d’escalier par des cordes. Ses enfants la regardent ; pour bien fixer dans leur mémoire l’œuvre de destruction poursuivie par l’ennemi, elle fait avec eux, en pleurant, le tour de la maison. Mais c’est pour la France que l’on souffre, et l’on souffre dignement, forçant l’admiration de l’ennemi, qui ne peut vaincre ni la fidélité ni le courage français ; c’est la façon de combattre des civils envahis, perdus, noyés dans la masse militaire teutonne qui les dépouille au profit de l’armée, au profit des populations, et qui se rit des malheurs, des tortures qu’elle leur inflige.


A Roubaix, ce fut, durant l’occupation et les dernières semaines, la mise à sac froidement exécutée, pour rien, pour le plaisir de nuire, des usines qui avaient échappé jusqu’alors à leur rapacité. Toutes les matières premières, sans exception, espèce par espèce, ont été réquisitionnées et expédiées en Allemagne. Quand on leur reprochait leur pillage, ils réglaient la facture en … bons de réquisitions. Des usines entières furent ainsi dépouillées de leur matériel au profit d’acquéreurs, en qui les industriels spoliés reconnaissaient sans peine des concurrents allemands, voire d’anciens fournisseurs, faisant main basse sur leurs livraisons pour les revendre ou les détruire en vue d’autres commandes : perquisitions incessantes de jour et de nuit, opérées par une équipe de cambrioleurs-jurés, dénommés par les Roubaisiens les perceurs de murailles.


M. Fray, secrétaire général de la mairie de Roubaix, a raconté ce que furent les derniers jours de l’occupation. Au cours des quatre années écoulées, il fut mis cinq fois en cellule et déporté pendant près d’un an à Vilna, puis au camp de Gustrow. Il n’est guère de notable, dans la cité roubaisienne, qui ne puisse inscrire à son casier d’honneur pareille série d’outrages. Dans les derniers mois de l’occupation fut instituée à Roubaix, par les soins de la Kommandantur, sur un ordre émanant de la 5e armée siégeant alors à Gand, une commission de destruction des utilités industrielles. Elle avait dans ses attributions l’enlèvement du matériel des usines, auquel procédaient des prisonniers russes, réduits au rôle de bêtes de somme. Elle exigeait, par voie d’affiches, les déclarations ders matières premières, de marchandises. Restaient les métiers, les machines ; on rafla le cuivre, puis des équipes se chargèrent du reste à coups de marteaux. Ce fut la destruction systématique de tout ce qui pouvait, de près ou de loin, favoriser la reprise éventuelle du travail et le relèvement industriel des entreprises ruinées. Cette commission s’est acquittée consciencieusement de sa tâche. C’est elle qui, au dernier moment, a fait procéder au rapt du bétail, des derniers chevaux subsistant, à l’enlèvement des rails des tramways sur un long parcours et à la destruction des tramways eux-mêmes. C’est par ses soins que les pionniers du génie ont fait sauter la gare et ses passages souterrains, tous les ponts et jusqu’aux passerelles des canaux, les conduites d’eau, les grues de déchargement du charbon sur les quais, les tuyaux d’aspiration des moulins et les moulins eux-mêmes. Destructions sans nécessité stratégique et qui ne visaient qu’à retarder à l’extrême le retour à l’activité de l’industrie terrassée. Pour qu’elle revive, il faudra songer avant tout à remettre en état les voies fluviales, les écluses fracassées, les voies ferrées détériorées, reconstituer machines et matériel anéantis.


Combien de temps encore, de prodigieux efforts exigera cette résurrection ?


Le jour de la prise de Menin, il y eut une panique terrible à la Kommandantur où un grand brasier fut allumé avec tous les papiers et documents de service. Puis, ses préparatifs terminés, la kommandantur fit part à M. Thorin, le courageux adjoint qu’aida dans sa tâche M. Fray, secrétaire de la mairie, des craintes hypocrites au sujet de Roubaix. Certainement les bombardements des alliés allaient le détruire. Pourquoi les Roubaisiens n’adresseraient-ils pas une supplique aux neutres afin d’éviter ce supplice ? Les Allemands, pleins d’humanité, comme chacun sait, transmettraient la requête. Si la supplique avait été rédigée, elle aurait été apportée solennellement un jour, sur la table de la paix. Et c’étaient nous les barbares ; le tour était joué. Les Roubaisiens éventèrent le piège et les ennemis n’insistèrent point pour cette fois-là. Mais tenaces, ils devaient bientôt revenir à la charge ; ce fut le capitaine Schraeder, fils d’un banquier berlinois, que l’on chargea d’une autre proposition : il s’agissait de soutirer des notables cette affirmation que l’ennemi n’avait pas – comme le déclarait la presse de l’Entente – procédé à des déprédations par cruauté, par plaisir. On lui montra les dégâts, simplement.


Le 3 septembre, un ordre fut affiché, contraignant à la déportation la population mâle, de dix-sept à cinquante ans. Dix mille roubaisiens, furent de la sorte et dans les pires conditions évacués sur Valenciennes. Il restait alors soixante-cinq mille habitants à Roubaix. Enfin le 16 octobre, deux officiers, accompagnés de quatre soldats se présentèrent à la mairie et intimèrent à M. Thorin, premier adjoint, faisant fonction de maire, d’avoir à verser sur l’heure une contribution de sic cent mille francs pour achat de charbon et frais de logement des troupes. Sur le refus du magistrat, ils se firent ouvrir la caisse municipale, prirent les quatre cent cinquante mille francs qu’elle contenait et, d’un geste large, sur l’insistance du maire, témoin indigné du vol, consentirent à lui laisser cent mille francs pour les secours urgents. La même opération s’effectua à la même heure à Wattrelos et à Tourcoing, où ils dérobèrent deux cent cinquante mille francs.


Méchanceté, fourberie, cynisme, voilà les trois faces de l’âme allemande.


Le long martyre de Tourcoing ressemble, hélas ! trait pour trait, à celui de Roubaix. L’ignominie allemande d’une ville à l’autre ne varie qu’en degré. La municipalité résista dignement, à l’exemple de M. Dron, sénateur et maire de Tourcoing, emprisonné depuis le mois de mai 1918 en Allemagne ? Là aussi tous les métiers ont été mis en morceaux et les usines dépouillées.


Dix mille Tourquennois, et parmi eux des enfants de quinze ans, furent déportés. Là aussi, les jeunes filles naguère furent emmenées en captivité, gardées un an dans les camps ardennais, livrées aux pires misères, aux plus monstrueuses promiscuités. Une mère est devenue folle en apprenant les tortures sans nom infligées à son enfant.


A Tourcoing, l’ennemi montra, plus que partout ailleurs, sa rapacité extraordinaire ; il fit argent de tout, négociant les souffrances, les larmes en bon argent français. Il y eut dans la population ouvrière d’horribles drames que l’on ne peut narrer ; ce fut pis que l’esclavage pour les enfants et les femmes. Nombreuses furent les protestations, nombreux aussi les jours de prison.


Là aussi, les écoles ont été transformées en casernes, quand ce n’était pas en écuries. Singulière façon de répandre la Kultur. Les livres jetés au fumier, les enfants maltraités ou contraints, par ordre à une oisiveté déprimante. Les travailleurs dénommés impudemment volontaires menés à coups de matraque, les femmes, qui refusaient de coudre des sacs pour leurs redoutes, martyrisées.


Là aussi, ils ont fait sauter comme adieu les chaudières de quatre-vingts usines.


On ne saura jamais tout ce qu’on souffert ces populations du Nord sous le joug allemand ?


Aussi, à Tourcoing, comme à Roubaix, comme à Lille, aux hosannahs de la délivrance se mêlait le cri passionné, le cri de vengeance jailli de quatre ans de haine et d’abominables misères ;


- N’oubliez jamais ! S’il est une justice, il faut qu’ils payent le mal qu’ils nous ont fait ! »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire