La suite d'Histoires du Nord ...

vendredi 25 novembre 2011

NAVIRES-HOPITAUX DE TERRE-NEUVE, D’ISLANDE ET DE LA MER DU NORD ET MAISONS DE MARINS DE TERRE-NEUVE ET D’ISLANDE

Note d'Hdn2 : Dunkerque, Gravelines et d'autres ports étaient jusqu'à la dernière guerre, encombrés de goélettes islandaises. A Dunkerque même le carnaval marque la saison de la pêche à la morue... Combien des habitants des ports de la Manche et de la Mer du Nord comptent parmi leurs ascendants des Islandais, des pêcheurs à Islande... Combien d'histoires ont pu raconter les Anciens sur ce qu'ils vivaient, sur ce qu'ils souffraient, combien la vie à bord était dure, qu'il s'agisse de lancer la ligne ou naviguer à fleur d'eau sur une frêle doris... Une vie difficile, dans le froid et l'humidité permanente, les mains blessées par le couteau et les écailles des morues, les plaies toujours baignées par l'eau de mer et le sel utilisé pour conserver les poissons... et le cortège des incidents, des accidents, des maladies et des privations pour parfois revenir sans rien dans les poches parce que la campagne était infructueuse, les goélettes ayant silllonné pour rien les bancs que les morues désertaient... Bien que Dunkerque et les agglomérations voisines telles Saint-Pol-sur-Mer fournissaient bien des marins aux armateurs, que les femmes de Gravelines, des Petit et grand-Fort-Philippe assuraient et assumaient tout pendant les longs mois d'absence des hommes et venaient assurer un faible complétement de revenu en allant vendre à pied le fruit de leurs jardins à Dunkerque, que les enfants entamaient leur apprentissage comme mousse souvent avant leur douzième année (mon arrière-grand-père paternel fit sa première campagne à l'âge "avancé" de neuf ans), il apparaissait utile de vous communiquer le texte de cette conférence, au moins en souvenir de nos aïeux qui se sont perdus et ont peiné sur les eaux arctiques...


Par M. Charles LE GOFFIC


Discours prononcé à l’Assemblée générale du 4 avril 1911- Société des Œuvres de Mer, 18, rue de la Trémoille, Paris 8e, reconnue d’utilité publique par décret du 7 décembre 1898



Mesdames, Messieurs, il y a quinze ans que s’est constituée cette Société des Œuvres de Mer. Ses ambitions étaient fort modestes à l’origine : elle ne se proposait que de réunir les fonds nécessaires à l’entretien d’un aumônier et d’un médecin sur les Bancs de Terre-neuve, elle n’osait attendre davantage de la charité privée, même soutenue par les pouvoirs publics. Vous savez comme ses prévisions furent dépassées et que, dès la première année de sa fondation, elle put mettre sur chantier un navire-hôpital et jeter les bases de sa Maison de famille saint-pierraise. Le 20 avril 1896 au matin, peu de jours après sa bénédiction solennelle par le délégué de Mgr l’archevêque de Rennes, le Saint-Pierre appareillait de Saint-Malo et faisait voile vers le Banc. Il y parvenait le 10 mai et se mettait à la besogne le lendemain. A la fin de la journée du 11, il avait accosté onze bateaux, donné des vivres à l’un, du charbon à l’autre, des nouvelles et des consultations à tous. Quatre éclopés du Pierre-Philippe étaient recueillis dans la même journée. Enfin, le Saint-Pierre recevait sa première visite et opérait sa première cure morale sur la personne d’un capitaine fécampois.


Ce brave homme commandait la Baucis. Un joli nom, un triste navire ! C’est sur cette Baucis que, l’année précédente, un novice de seize ans, un enfant pris en grippe par le subrécargue du bord, avait été lardé de coups d’épiquois jusqu’à l’expiration. Le capitaine ne s’était pas interposé ; l’équipage, terrorisé ou complice, avait laissé faire. Un subrécargue est une puissance à bord. Celui-ci n’eût peut-être pas été inquiété si, au retour, il ne s’était pas vanté de son crime dans les cabarets. La justice s’en mêla. Quand le Baucis revint sur le Banc, son équipage avait fait peau neuve, à l’exception de trois hommes. Mais une fatalité pesait sur le navire depuis son départ de Fécamp. Au cours de la traversée, un pêcheur s’était jeté par-dessus les bastingages ; sur le Banc, un doris s’était perdu avec le second et l’« avant » qui le montait. Or, ce pêcheur, ce second et cet « avant » de doris étaient justement les trois hommes qui restaient de l’ancien équipage et qui, témoins du crime, n’avaient pas eu le courage de l’empêcher. Et le capitaine de la Baucis, superstitieux comme tous les marins, voyait là plus qu’une simple coïncidence : une campagne commencée sous de si funèbres auspices ne pouvait finir que par une catastrophe générale ; sûrement le navire était « maudit »… L’aumônier du Saint-Pierre prit à part le pauvre homme, et vous imaginez aisément ce que put être leur entretien, quoique rien n’en ait transpiré au dehors. Votre Bulletin, avec la discrétion qui convient en ces matières délicates, se borne à dire que le capitaine de la Baucis regagna son navire « l’esprit plus tranquille et le cœur un peu remonté » (Vifs applaudissements)


Ainsi, dès le premier jour de son entrée en campagne, le Saint-Pierre avait affirmé la double utilité de sa mission, le médecin du corps et le médecin de l’âme, qu’il transportait sur le Banc, s’étaient employés, dans une collaboration étroite, au sauvetage de cinq malheureux.


* * *


Vraiment le début était beau, trop beau peut-être ! Vingt jours après, le Saint-Pierre faisait côte, l’équipage réussissait à se sauver, mais le navire était perdu.


Bien des œuvres naissantes ne se fussent pas relevées d’une pareille avanie : la vôtre n’y vit qu’un stimulant. Une obscure coalition de forces adverses vous avait enlevé votre premier hôpital flottant ? Vous répondîtes à l’agression des éléments par la mise en chantier de deux nouveaux navires : le Saint-Pierre n°2, destiné à Terre-Neuve, et le Saint-Paul, destiné à l’Islande.


C’étaient deux voiliers encore – vos ressources ne vous avaient pas permis de faire davantage ; - ils partirent tous deux en 1897, et leur carrière fut brève : en Islande, le Saint-Paul s’éventrait sur des rochers ; à Terre-Neuve, le Saint-Pierre abordait une goélette de Saint-Malo, la coulait par le fond et manquait de disparaître avec elle ?


Cette fois, tout paraissait dit. Mais vous avez un privilège bien rare, même pour des croyants : vous sortez plus forts des épreuves qui vous frappent ; le malheur ne brise pas votre élan, il le redouble. Vous l’accueillez presque comme un ami, vous voyez en lui le gage de vos succès futurs ; vous savez que les grandes œuvres, comme les grands caractères, se trempent dans l’adversité. Ceux qui ne vous connaissent pas peuvent s’étonner de la façon détachée et souriante dont vous supportez les pires calamités. Le secret de votre indémontable optimisme, le l’ai trouvé dans ces lignes si simples et si charmantes d’un de vos aumôniers, M. l’abbé Silvent. Le Saint-Pierre venait d’essuyer en Islande une série de terribles de coups de vent ; il avait failli sombrer en route, et le bon M. Silvent écrivait dans l’innocence de son âme : « le seigneur nous réserve sans doute de nombreuses consolations spirituelles, car il ne nous ménage pas les tempêtes. » (Vifs applaudissements)


Il ne vous les a pas ménagés à vous non plus, Messieurs : tempêtes budgétaires et tempêtes politiques. Comme M. l’abbé Silvent, vous les avez acceptées avec reconnaissance. C’était à vos yeux, une rançon bien légère des magnifiques satisfactions que la Providence vous gardait en réserve, et l’avenir a montré que vous n’étiez pas de si mauvais calculateurs (applaudissements)


* * *


Aujourd’hui, les Œuvres de mer sont en pleine prospérité. L’élan de la charité publique ne s’est pas ralenti, et, grâce à elle, les voiliers d’antan, d’un maniement si incommode et parfois si dangereux, ont été remplacés par deux steamers : le Saint-François d’Assise et la Notre-Dame de la Mer, modèles de légèreté, de confort et de résistance.


Tous deux sont partis la semaine passée pour leur destination respective. Nos pêcheurs les attendent. Ils guettent avidement sur l’horizon le panache de leurs cheminées ; ils les verront bientôt parmi eux et ils se sentiront moins seuls, moins perdus dans l’immensité, comme si la France s’était soudain rapprochée. Vous la leur apportez dans vos mains cordiales, vous leur soufflez au visage la bonne odeur de ses colzas, de ses pommiers, de ses genêts en fleur ; dans les eaux d’Islande comme à Terre-Neuve, sur ces deux grandes paroisses des mers que vous avez annexées au domaine ecclésiastique, vos navires ne sont pas seulement des ambulances : ce sont des clochers en marche, selon l’expression d’un de vos aumôniers. Là est leur force sur les âmes. Ils évoquent la patrie absente ; ils installent son symbole au milieu des exilés ; ils suivent leur caravane sur le désert des eaux, comme l’arche d’alliance que suivaient les Hébreux sur le désert des sables : « Mourir n’est rien, me disait un Breton, mais c’est mourir deux fois que de mourir loin de son pays. » Nos pêcheurs d’Islande et de Terre-Neuve craignent moins la mort maintenant qu’ils sont sûrs, comme chez eux, de mourir à l’ombre de la croix. (applaudissements)


Et sans doute, Mesdames et Messieurs, si vif soit l’attachement de nos pêcheurs pour les principes religieux de leur enfance, nous devons nous garder de trop grandes illusions. « Tous les marins ne sont pas des saints », confessait naguère le P. Yves, qui est payé pour les bien connaître. Ils ne sont même pas toujours des exemplaires d’humanité très recommandables. L’alcool déchaine quelquefois en eux les pires passions, et ce n’est pas sur la Baucis seulement qu’un novice a été torturé par ses chefs. Le martyrologe de la grande pêche, s’il était jamais dressé, donnerait le frisson. Cependant, depuis que vous êtes là, on constate une diminution sensible de la criminalité maritime. Si vous n’avez pas faits des saints de nos 12.000 pêcheurs hauturiers, vous avez réveillé chez beaucoup d’entre eux les bons instincts assoupis. Il a suffi que vous alliez à eux, que vous leur parliez comme à des frères de souffrance, que vous pansiez leur âme comme vous aviez pansé les plaies de leur corps. Jadis, avant l’établissement de votre Maison de famille saint-pierraise, le Barachois, bon an, mal an, faisait une quinzaine de victimes parmi les marins en état d’ébriété. Dès l’année 1897, ce chiffre descendait à 7 ; en 1899, il n’était plus que de 4, pour remonter à 9 en 1900, redescendre à 6 en 1901 et tomber enfin à zéro en 1903.


« Chose absolument inouïe jusqu’à ce jour dans les annales de la colonie, écrivait votre rapporteur, aucun marin, ni à l’armement ni au désarmement, ne s’est noyé, cette année dans le Barachois. » (Applaudissements)


* * *


Il y avait bien de quoi crier au miracle, en effet. Mais les miracles, vous en êtes si coutumiers, que celui-ci a déjà cessé peut-être de vous étonner. Je ne le relève que pour mémoire et afin de montrer l’efficacité de votre action dans les domaines les plus divers.


Car il ne vous suffisait pas d’accompagner nos pêcheurs au large, de les soigner, de les réconforter, de les ravitailler de toutes les façons, moralement et matériellement : vous prétendiez les suivre à terre où ils ne courent pas moins de dangers qu’à bord.


Et comme vous aviez raison ! Il faut avoir vécu dans l’intimité des gens de mer pour savoir combien ils sont incapables de se conduire « par leurs propres moyens », ainsi qu’on dit des barques démâtées qui veulent gagner le port sous une voile de fortune. Leurs muscles d’athlètes, leurs gros poings, leur cuir fauve, hâlé et comme saur, les font paraître terribles, et, livrés à eux-mêmes, ce sont des faibles, des veules, presque des enfants. Ils n’ont pas encore pris terre qu’ils sont déjà la proie des « hôtesses » et des débitants. Tout un syndicat d’exploiteurs patentés travaille à les rançonner jusqu’au dernier sou et n’y réussit ordinairement que trop bien.


Le péril est moins grand sans doute en Islande, où nos goélettes ne font que de courtes relâches dans les fjords pour livrer leur pêche aux « chasseurs ». Mais à Saint-Pierre, pendant les trois semaines que dure l’armement, et, plus tard, quand les « banquais » viennent au ravitaillement, quand ils rallient une dernière fois en septembre le Barachois, c’est une population flottante de 4 à 5.000 émigrants qui est exposée de façon presque permanente à toutes les tentations de la débauche. Ajoutez que Saint-Pierre armait ses derniers temps, pour son propre compte, près de 200 goélettes, que l’équipage de ces goélettes couchait fréquemment à terre, enfin que les « chauffauds » employaient au séchage de la morue, sur des « graves » un millier de petits Bretons dont le sort lamentable était bien fait pour vous préoccuper. Donner à tous ces gens, errants de la mer ou parias des « graves », un asile temporaire, une maison commune, l’illusion du foyer domestique retrouvé, quel rêve ! et vous l’avez réalisé. Vous l’avez même dépassé, comme c’est votre habitude. En moins de dix années, contre vents et marées, vos admirables aumôniers de Saint-Pierre ont si bien manœuvré – pardonnez-moi cette expression maritime qui n’est pas déplacée ici – que le Cercle des marins, le petit Cercle familial d’antan est devenu un vaste et confortable immeuble avec chapelle, salle de récréation, préau, dortoir, salle à manger même – car maintenant vous hébergez et vous restaurez aussi les pêcheurs… Tout le monde y trouve son compte, en définitive, à l’exception des cabaretiers. Un de vos Bulletins annuels annonçait que trois de ces commerçants avaient dû fermer boutique. Mais, par une rencontre singulière, c’était l’année même où, pour la première fois depuis que les goélettes relâchent à Saint-Pierre, aucun ivrogne n’avait trouvé la mort dans le Barachois. Et vous estimerez peut-être que ce n’est pas payer trop cher la débâcle commerciale d’un trio d’empoisonneurs. (Vifs applaudissements)


* * *


Mesdames et Messieurs, je crains d’abuser de votre patience… (Protestations unanimes) J’éprouve comme il est difficile de parler d’un œuvre comme la vôtre, et comme tout ce qu’on peut en dire, et toutes les réflexions et les plus beaux éloges resteront toujours avec elle inférieurs au simple exposé des faits. Une page de vos Bulletins en eût beaucoup plus appris à cet auditoire que tous les commentaires et elle l’eût sans doute beaucoup plus remué.


Quelle éloquence, par exemple, dans ces quelques chiffres que j’emprunte à une statistique déjà ancienne !


De 1897 à 1905, les navires-hôpitaux ont communiqué 5.553 fois avec des navires de pêche ; ils ont hospitalisé à leur bord 715 malades, représentant 11.314 journées d’hôpitaux ; ils ont recueilli 291 naufragés ; ils ont opéré 308 rapatriements gratuits ; ils ont donné en mer 2.735 consultations ; ils ont fourni à des bateaux un millier de médicaments ; enfin, et comme ils font bénévolement office d’intermédiaires postaux, ils ont remis à nos pêcheurs ou reçu d’eux pour leurs familles 176.448 correspondances.


Supputez maintenant que leur action n’a cessé de grandir, leur domaine de s’élargir, les services qu’ils ont pu rendre à ces mêmes pêcheurs de 1905 à 1910. En doublant les chiffres qui précédent, vous avez chance d’être au-dessous de la vérité (Applaudissements).


Or, Mesdames et Messieurs, l’Œuvre de mer n’est pas contenue toute entière sans ses navires-hôpitaux et sans sa Maison de famille saint-pierraise. Une maison de famille plus modeste s’est élevé en 1902, par ses soins, à Faskrudfjord ; un hôpital y a été annexé, dépendant du vicariat apostolique du Danemark et d’Islande, mais entretenu et pourvu de tous les perfectionnements modernes sur des fonds recueillis en France.


Je m’en voudrais d’oublier un dernier service rendu par votre Société aux malheureuses victimes des pêches arctiques : toutes ne dorment pas sous les eaux de l’Islande ; beaucoup ont été rejetées à la côte par le flot ; quelques-unes se sont éteintes à l’hôpital même. Le cimetière qui recevait les dépouilles de ces infortunés faisait peine à voir jusqu’ici : c’était un tertre sauvage, envahi par la brousse, planté de croix à demi pourries que secouaient les rafales et dont la pluie, la neige avaient effacé les inscriptions. Ah ! le triste lieu pour attendre le signal de l’archange ! Vos aumôniers en ont fait un cimetière décent, un vrai « champ du repos » où les morts sont honorés aux grandes fêtes ; et que les parnassies et les pensées fleurissent de mai à septembre. Les croix ont été redressées, les inscriptions rétablies. Que dire de plus, Messieurs ? Œuvre d’assistance, de sauvetage sous toutes les formes, vous avez voulu être, vous êtes encore cette chose douce et sacrée : l’œuvre du souvenir (Vifs applaudissements).


* * *


En terminant son discours l’an dernier, M. Lacour-Gayet, qui vous avait parlé en termes si émus de la vie des pêcheurs, adressait un appel chaleureux à son auditoire et le conjurait de redoubler de zèle pour venir en aide au Comité central des Œuvres de Mer.


Si cet appel a été entendu, vous le savez, puisque l’affluence des souscriptions et le don magnifique du grande Française, Mme Piédor, vous ont permis de construire un nouveau vapeur-hôpital, spécialement affecté à l’Islande, la Notre-Dame de la Mer.


Mais l’entretien de ce vapeur va grever lourdement votre budget de 1911. Chaque journée de navigation du Saint-François revenait à 500 francs ; chaque journée du Saint-François et de la Notre-Dame de la Mer réunis reviendra au double. Vous estimez de ce fait que votre budget de dépenses, qui s’élevait l’an passé à 140.000 francs, atteindra cette année 200.000 francs. Le Ministère de la Marine vous a conservé sans doute la modeste allocation de 6.000 francs qui lui paraît suffisante pour attester le caractère éminemment national de votre Œuvre. C’est la charité privée qui devra vous fournir les reste, c’est-à-dire la presque totalité de la somme, 194.000 francs.


Je suis tranquille, Messieurs : elle vous les fournira – non seulement parce qu’elle est la charité, la charité qui donne sans compter et quelquefois à l’aveuglette, mais parce qu’aucune œuvre n’est plus propre que la vôtre à la prendre aux entrailles. Nous sommes un peuple de marins et tout ce qui touche à la mer nous émeut irrésistiblement. God made the world, but the devil made Iceland. « Dieu a créé le monde, dit un proverbe anglais, mais c’est le diable qui a créé l’Islande. » Hélas ! Il a créé aussi Terre-Neuve, et l’enfer banquais, j’en ai peur, n’est pas beaucoup plus confortable que l’enfer islandais. Qu’il y ait des hommes pour accepter contre un infime salaire, de passer la moitié de leur vie dans ces géhennes, c’est une chose que l’on ne saurait jamais assez admirer. Et qu’il y en ait d’autres pour les y suivre par simple humanité, les consoler, les soigner, les préparer à la grande traversée finale vers les rades hospitalières du paradis, c’est ce qui me paraît plus admirable encore (Vifs applaudissements).



* * * * * * * * *


M. le vice-amiral DE LA JAILLE


Mesdames,


Messieurs,


Je voudrais avoir l’éloquence de M. Le Goffic pour lui exprimer votre pensée qui est aussi la mienne. C’est qu’il n’était pas possible de dire mieux ce que sont les Œuvres de Mer. On ne pouvait mieux exciter votre pitié pour elles, et même – dois-je dire le mot, moi, votre président, je le risque cependant – votre admiration. (Vifs applaudissements)


Je renouvelle à M. Le Goffic vos remerciements, en même temps j’espère qu’il voudra bien, comme je le lui ai demandé tout à l’heure, continuer à nous aider, par sa parole éloquente et sa plume si habile, à rester ce que nous sommes.

1 commentaire:

  1. Il existe un beau livre qui traite des navires-hôpitaux : "Navires-hôpitaux français au XXe siècle" aux éditions MDV. Les navires qui assistent la grande pêche n'y sont pas oubliés.

    RépondreSupprimer