La suite d'Histoires du Nord ...

mardi 8 novembre 2011

Un combat judiciaire à Cassel en 1396

Par E. de Coussemaker (extrait du Bulletin du Comité Flamand de France, tome IV) – 1866



Le combat judiciaire était une sorte de duel où l’on tranchait par les armes des difficultés qui d’ordinaire se vident devant les tribunaux. Il y avait pourtant cette différence, c’est que le duel est un combat particulier à la suite d’un défi ou d’un appel, sans autre forme et règle que celles qu’assignent les parties ou leurs témoins, tandis que le combat judiciaire était un duel ordonné par la justice, faute d’autres preuves et en certaines circonstances seulement.


Les combats judiciaires sont d’origine germanique ; ils ont été en usage dans toute l’Europe pendant le moyen-âge. L’autorité ecclésiastique et l’autorité civile firent de vains efforts pour l’abolir. Les prescriptions des évêques, celles de Saint-Louis et de Philippe-le-Bel y échouèrent. On fut obligé de transiger avec cette coutume barbare, en réglant les conditions des combats, et en restreignant les cas le plus possible. En vertu de ces règlements, ce ne furent plus les combattants eux-mêmes qui eurent le droit de décider s’il y avait lieu à combat, ce fut la justice qui déterminerait les cas, et seulement pour des choses obscures et douteuses.


Durant le fort de cet usage, tout le monde y était soumis ; les ecclésiastiques, les religieux et les femmes elles-mêmes étaient obligées de fournir un homme, appelé champion, qui se battait pour eux. Les autres « appelés » aussi pouvaient se faire défendre par des champions qui faisaient profession de se battre envers et contre tous.


Une fois le combat permis ou ordonné, c’était le seigneur du lieu qui en réglait les conditions, qui en était spectateur et juge.


Le document que nous donnons ici est un règlement de ce genre (Le comité en doit l’obligeante communication et une copie exacte à M. Deplanque, le savant archiviste du département du Nord). Les détails qu’il contient lui donnent un intérêt curieux non seulement pour notre histoire locale, mais aussi pour l’histoire particulière de ces sortes de combats. En le lisant, on est obligé de reconnaître que le cérémonial était de nature à faire réfléchir ceux qui se seraient soumis un peu légèrement à ces épreuves. On remarquera avec un certain étonnement que cette pièce qui émane d’un prince français, soit rédigée en flamand. Elle est, avec l’acte relatif à la Léproserie de Bourbourg, la seconde, écrite en cette langue, qui émane du même personnage (voir ANNALES du Comité Flamand de France, tome VIII, page 304).


--- --- ---


C’est l’ordonnance coment on doit recepvoir les campions à l’entrée du camp et sur les sermens sur ce appartenans, derrainement tenu à Cassel, le contenu en flament et lu le XXe jour de février l’an IIIIXX et XVI.


« als de berouper comt un ‘tincommene van den cryte, danne comt de gone die hier toe ghecommiteirt es van s’heeren weghen, ende vraeght hem wat hi wille ende wie hi es. Verandwoerd de ghone die te zinen rade es : het es een zule – ende zullene nommen bi name ende bi toename – die beroupt eenen zulken, etc. – bi name ende bi toename – de welke up den dach van heyden dach hiest als berouper vor min Heere, ende es commen in tyden ende in wylen te zinen daghe omme der of te doene dat hi mach doen zine protestatie te hebbene in ‘tcryt broot ende wyn, naelden ende draet, zine quiriere (note : Quieriere, de quiris, lance) te pointe te stellene, heist hys nood. Danne zal zegghen de ghone die es van s’Heeren weighe, comt in, ende die zal inghaen ende zal comment ende ghaen vor den heere, in zulker ordinanchie als der toe behoort, zinen clippene in de hant, in de hant den scilt ; ende zal hem noch preusenteuren in der manieren dat hi te voren deide, ende daer naer hi zal ghaen zitten daer hi es gheordeneert.


Danne comt de verwerrer in ‘t incommene van den cryte, ende de ghone die commen met hem zullent oec zegghen de ghone die es van ‘s Heeren weighe : ziet hier zulken, etc. – ende zallene nommen bi name ende bi toename – de welke dach heist vor min Heere jeghen ennen zulken, etc. – ende zal nommen den berouper bi name ende toename – de welke heistene beroupen in ‘t hof van Min Heere vorseid ; ende es commen un tyden ende in wylen omme hem te verwerren jeghen den anderen ; ende es sculdich zine protestatie te doene also d’ander deide, ende danne men zallene doen commen in, ende zal hem preusenteuren vor den Heere alse d’ander deide, ende daer naer zal hi ghaen zitten daer hi gheordeneert es.


Danne zal zin bereet onder scafaut van den Heere eenen banc ende ennen tafel, ende daer boven eenen Messael. Daer zullen zyn de ghone die ghestablyert zin van s’Heeren weighe omme t’ontfanghene hare need, ende zullen voortheeschen den berouper, van s’Heeren weighe, dat hi comme doen zinen eed, ende hi zal commen ende legghen zine hand bloot up den bouc oppene, ende hi zal zwerren bi den heligen Evangelien die hier in zyn ghestelt, ende bi der Kerseme ende Dopsele dat hi ontfine in de vonte, ende up zin deel Heimelrycs, dat hi heist beroupen ende beroupt met ghoeder cause, ende dat dander met quader cause hem heist te verwerren jeghen hem, ende daer naer achter gaen zitten un zyn zitten.


Danne zal commen de verwerre ende zal oec leghen zine hant bloot up den Bouc, in zulker manieren als de berouper ghedaen heist, ende dat hi met quader cause heistene beroupen, ende dat hi hem verwert met ghoeder cause, ende daer naer ghaet hi zitten in zin zitten.


Item moeten zy anderwaerst also ende in zulker manieren commen zwerren, het ne ware dat hem de heere gracie dade dat zy den anderen eed daden, met den eersten omme hemlieden minst ghemoyet te zine.


Item alst gheliest den Heere doetse roupen ten derden eede, ende danne commen zy te ghader datter d’een als varine es als d’ander, ende danne doet men elken zine luchter hand bloet legghen in d’ander, ende hare rechte hand up den Bouc, ende men verbied hemlieden, up haer lyf, dat zy niet dwinghen noch quetsen d’een den ander haer hand. Danne zeight de berouper : O! dy man die ic houde bieder hand, ic zwerre hier Aldus bi den helighen Evangelyen van Godt, die hier in ghestelt zyn, ende bi der Kerseme ende Dopsele da tic de vont ontfine, ende bi der heligher Triniteit, ende di der macht Gods, da tic dy met goeder cause beroupen hebbe, ended dat di hebs quade cause dy te verwerren ieghen mi, ende eist niet also, zo renonchier ic ende gha of van alle se Sinten ende Sintinnen ende van al den Hove van Hemelrick.


Item als de brouper heist also ghaeden ende ghezworen, so zeight ende zwert de verwerren in de mannieren dat de berouper heist gedaen, ended at hi hem verwert met ghoeder cause teghen den berouper, ende doet ende es sculdich te doene de zelve renonciatie.


Danne weiren zy haerlieder banden van de Bouk beede te ghader, ende de berouper cust den Bouc ter zyde daer hi ghezwoeren heist, ende men keert een blat, ende danne cust de verwerre.


Danne doet men zwerren noch sHeeren weighe elken zonderlinghe dat zy niet hebben ghemaect, noch doen maken enighe toverien, crachten, carachteren noch andere dinghen noch consent ghedraghen te doene of te doene doene, omme te grievene den andren, in enighen manieren, ended at zy niet hebben up hemlieden enighe reliken, noch scryfturen, steenen, noch andere dinghen daer in zyn meer ghelovens hebben danne in haer recht.


Danne ghaen zy zytten in haer steiden toter tydt dat men zeight van ‘sHeeren weighe, dat zy doen haer devoir.


Dits ‘tghebod nuchtens eer men gaet ter cryte:


Hoort, hoort, hoort, etc.: men Ghebied hier van mins gheduchts heeren weighe, mins Heeren s’Hertoghen van Bar, Heere van Cassele,dat gheen man eydel, noch oneydel, wapenen, pauchieren, zwerden, happen, glaiven, pelden, hamers noch hooft wanene draghe binnen den Castele, noch binnen der steid van Cassele, up de wapenen verbeurt te zine, ende voort up de boete van X livers.


Voord dat ele man eydel ende oneydel hem wachte storbance te makene binnen den vorseide steide ende Castele; ende waert dat dat yement dade, dat zoude zyn up de boete van LX livers parisis. Ended at yement andren wondede dat ware up de vust; ende waert datter minke of doot an laghe of cleive, dat ware up ‘t hooft.


Voord dat gheen wyf, wie zoo zy, binnen der tyd dat de campioenen binnen den Castele worden, der incommen, jof zy up de boete van X livers parisis.


Item es gheordineert dat de ghone die met den here warden ghewapent, dat hem niement tusschen hemlieden stele, daer zy gheordineert worden, het ne zy campioenen hadden; ende wie dat dade, dat ware up de boete van III livers parisis.


Dits ghebod dat men zal doen als de campioenen zin zullen int cryt.


Dat niement zo stout zy, eydel noch oneydele, dat zo wanneer dat de campioenen binnen den cryte zyn zullen, tekene make, noch winke met handen, hoofed, met monde jof met enighe andren tekenen up de veurbeurte van zieren vust. Dit zyn de verzouken ghedaen vorde heeren ghecommitiert van den campe.


Eerst Min Heere Pieter van Creky zeight ende wille maintenieren, dat ter cause wan zine leene te Bavichove, hi es sculdich poortier van den campe te weisene, ende also hi heist dit gheavoeirt ter kennesse van den Mannen.


Pieter Vander Delft, ter cause van zinen leene gheheeten Ten-Mersche, die heesschet ghelyc.


Min Heere Gadifeer van Hazebrouc, ter cause van zeiker leene die hi houdende es van den Hove van Cassele, zeight ende avoiert te zine i crytwaerder ter kennesse van den Mannen.


Min Heere Zeigher van der Vuefville ende Robert van Liestez, als procureurs over Mer-Vrauwe van Tiennez, hebben gheheescht te zine I van den crytwaerders, ter cause van den ghoede van Tiennez, ende te doene verdienen bi eene notablemen Man, ende, hebbent gheavoert ter kennesse van den Mannen, in case van verzouke ende van affemacie.


Min Heere Franchoix van Haefskerke die hem zeight Man weisende van der vorseide Vrauwe van Thienez, heivet in der zelver manieren ghedaen hesschen.


Min here van der Viefville, hem zegghende here van Strassele, Jacop de Vroede, zin bailli weisende, in zine name ende Robert van Liestez, verzochten in de name van min Heere vorseid, te weisenen crytwaerder, ter kennesse den Bailliu ende Mannen vorseid.


Min here jan van Standegonne, ter cause van zinen leene . . . . . . . . . . . hievet verzocht ghelike den andren, ter kennesse van den Mannen.


Es te weitene dat, de vorseide verzouken ghedaen, de ghecommiteirde van mins sHeeren weighe behouden allen rechten minen vorseiden Heere, noch niement gheene prejudicie draghende, stelleden streics crytwaerders in de name van min Heere, dats te weitene : Min Heere Smado van Cohem, Min Heere Franchoix van Wisque, Min Heere extor van Coisancourt ende Ghillibert vander Nieppe, omme de dachvaert; de welke vorseide crytwaerders verwaerden de vorseide dachvaert.


Julyen Jongheryc ende Jan van den Coerhnuse, van mins Heeren Weighe, portiers ghestelt.


(Cette pièce se trouve à la fin du registre aux causes de la Cour souveraine d’Yolande de bar, comtesse de Cassel, autrement dit 3e cartulaire de la dame de Cassel)


--- --- ---


TRADUCTION :


Lorsque l’appelant se présente à l’entrée du champ-clos, celui qui est commis à cet égard par le seigneur lui demande ce qu’il veut et qui il est ; celui qui lui sert de témoin répond ; c’est un tel – en le nommant par nom et prénom, - qui appelle untel – en le nommant aussi par nom et prénom – cejourd’hui est le jour qu’il a obtenu comme appelant devant le seigneur ; il est venu en temps et lieu pour faire son devoir ; il peut affirmer qu’il a dans le champ-clos pain et vin, fil et aiguilles, il est prêt à mettre la lance au poing, s’il le faut.


Alors le commissaire du seigneur dira ; entrez ; il entrera et se présentera devant le seigneur de la manière qu’il convient de le faire, son bouclier d’une main et l’écu de l’autre, puis il se présentera de nouveau devant le seigneur, et ensuite il ira s’asseoir à la place qui lui sera assignée.


Puis arrive l’appelé à l’entrée du champ-clos : ses champions diront aussi au commissaire du seigneur : Voici un tel – en le nommant par nom et prénom – qui a obtenu jour pour comparaître devant le seigneur contre un tel – en le nommant aussi par nom et prénom – qui l’a appelé à la cour du seigneur ; il est venu en temps et lieu pour se défendre contre l’appelant. Il est obligé de faire la même affirmation que l’autre ; puis on le fera entrer, et il se présentera devant le seigneur comme a fait l’autre ; ensuite, il ira s’asseoir là où il lui sera ordonné de le faire.


Sous la tribune du seigneur seront préparés un banc et une table sur laquelle sera placé un Missel. Là se trouveront ceux qui auront été commis par le seigneur pour recevoir le serment des champions. Au nom du seigneur, ils appelleront le demandeur à faire son serment. Celui-ci avancera et posera la main sur le livre ouvert ; il jurera sur les saints Evangiles, qui y sont contenus, sur les saintes huiles, sur le baptême qu’il a reçu sur les fonts, et sur sa part de paradis, qu’il a appelé et appelle à bon droit, et que celui qui se défend contre lui a tort ; puis il ira s’asseoir à sa place.


Item, ils doivent renouveler ce même serment une seconde fois, à moins qu’ils n’en soient dispensés par le seigneur.


Item, quand il plaît au seigneur, on les appelle pour prêter le troisième serment. Ils marchent ensemble l’un vers l’autre, chacun d’eux met la main gauche nue l’une dans l’autre et la main droite sur le livre ; on leur défend, à péril de la vie, d’exercer l’un sur l’autre quelque contrainte, ou de faire quelque blessure à la main.


Puis l’appelant dit : je jure ici sur les Evangiles de Dieu, contenus dans ce livre, sur les saintes huiles, sur le baptême que j’ai reçu sur les fonts, sur la sainte-Trinité et sur la toute-puissance de Dieu, que c’est à bon droit que j’ai appelé l’homme que je tiens par la main, et que c’est à tort qu’il se défend contre moi ; s’il n’en est pas ainsi, je renonce à la toute-puissance de Dieu, de la chaste Vierge Marie, de tous les saints et de toutes les saintes, et au royaume du Paradis.


Item, lorsque l’appelant a fait ce serment, l’appelé à son tour jure que c’est à tort que celui-ci l’a appelé, et que c’est à bon droit qu’il se défend contre l’appelant ; il fait et doit faire la même renonciation.


Puis ils retirent ensemble la main du livre, et l’appelant baise le livre du côté où il a fait son serment, on tourne ensuite le feuillet que l’appelé baise à son tour.


Ensuite on le fait jurer, de la part du seigneur, chacun en particulier, qu’ils n’ont employé ni fait employer, ni consenti à ce qu’on emploie aucun sortilège ou maléfice ; qu’ils n’ont rien fait ou fait faire qui puisse faire tort à l’autre ; qu’ils n’ont rien fait ou fait faire qui puisse faire tort à l’autre ; qu’ils n’ont sur le corps ni reliques, ni écrits, pierres ou autres choses en lesquelles ils aient plus de confiance qu’en leur droit.


Puis ils vont s’asseoir sur leur siège, jusqu’à ce qu’on vienne leur dire, de la part du seigneur, qu’ils ont à faire leur devoir.


Voici la proclamation qu’on publie le matin avant le combat :


« Ecoutez ! écoutez ! écoutez ! etc.


« De la part de mon redouté seigneur Mgr le duc de Bar, seigneur de Cassel, il est défendu à tout homme, soit noble, soit non noble, de porter au château ou dans l’intérieur de la ville de Cassel des armes, telles que poignards, épées, haches, glaives, flèches, marteaux ou massues, à peine de confiscation des dites armes et d’une amende de X livres. »


« Que tout homme noble ou non noble se garde d’exciter quelque trouble dans ladite ville ou au château, à peine de LX livres parisis, si quelqu’un se rendait coupable de blessures, la peine serait le poing coupé ; s’il en résultait ou s’il s’ensuivait mutilation ou mort, la peine serait la peine capitale. »


« Aucune femme, quelle qu’elle soit, en peut entrer au Château le temps que les champions y sont. »


« Item, il est défendu à qui que ce soit de s’interposer entre ceux qui ont été armés par le seigneur, à moins qu’il n’y ait un champion, celui qui le ferait serait passible d’une amende de III livres parisis. »


Voici l’ordonnance qui sera proclamée, lorsque les champions seront dans le champ-clos.


« Pendant que les champions seront dans le champ-clos, il est défendu à tout homme, soit noble, soit non noble, de faire aucun signe des mains, soit de la tête, de la bouche ou de quelque manière que ce soit, à peine de perdre le poing. »


Tels sont les ordres donnés par les commissaires du combat. D’abord, Mon Sieur Pierre de Créky dit et veut maintenir qu’à cause de son fief à Bavinchove, il doit être portier du combat, ainsi qu’il l’a déclaré à la connaissance des hommes de fief.


Pierre Van der Delft, à cause de son fief appelé Ten Meersche, fait la même déclaration.


Mon sieur Gadifer d’Hazebrouck, à cause d’un fief tenu de la cour de Cassel, se déclare champion, à la connaissance des hommes de fief.


Mon sieur Zegher de la Viefville et Robert de Leistes, comme procureurs de la Dame de Thiennes, ont déclaré à cause de la terre de Thiennes, être un des champions ; ils ont fait cette déclaration à la connaissance des hommes de fief, en cas de demande et d’affirmation.


Mon sieur François de haverskerke, se disant homme de ladite dame de Thiennes, a fait la même déclaration.


Mon sieur de la Viefville, se disant seigneur de Strazeele, Jacques de Vroede, son bailli, en son nom, et Robert de Leistes, demandèrent au nom du seigneur sus-nommé, à être champions, à la connaissance du bailli et des hommes susdits.


Mon sieur Jean Van Standegonne, à cause de son fief . . . . . . . . . a fait la même demande, à la connaissance des hommes du fief.


Lesdites demandes faites, les commissaires du seigneur, après avoir déclaré maintenir tous les droits dudit seigneur, sans préjudice à ceux des champions, ont à l’instant établi comme champions du seigneur : Mon sieur Smado de Cohem, Mon sieur Franchoix de Wisque, Mon sieur Ector de Coisancourt, et Gillebert de la Nieppe, pour fixer jour, les champions ont accepté le jour fixé.


Julien Jongheryc et Jean Van den Coornhuuse furent placés comme portiers de la part du seigneur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire