La suite d'Histoires du Nord ...

vendredi 13 janvier 2012

des voeux pour la nouvelle année

Une nouvelle année commence, comme les vagues viennent effacer les pas sur le sable






Voilà... 13 jours que la nouvelle année a pris sa place dans nos agendas et nos plannings... Une année qui a commencé dans les tempêtes : la météo plutôt généreuse (mais on attendra Pâques pour se prononcer) ponctuée de quelques terribles coups de vents accompagnés des sempiternelles pluies froides... tempête économique avec la crise "QUE PERSONNE N'AVAIT VU VENIR" alors que les économistes sérieux dénoncent depuis les années 80 les dérégulations, déréglementations, délocalisations et le libéralisme forcené des "reaganomanies"... On a vu ce que donnait l'Angleterre tatchérienne et l'endettement record des américains... Cette semaine, j'ai remarqué une publicité vantant les mérites d'un site en ligne de placement en bourse qui présente l'investissement du particulier comme un jeu... Une pub qui d'ailleurs est toujours précédée ou suivie de celles des sociétés de gens en ligne... Ce n'est pas de l'espoir que l'on offre mais l'application du principe romain "panem & circenses"... Du pain, des jeux, une télé qui devient débilitante hors de certaines heures réservées aux polémistes qui nous prépare un avenir radieux sous le signe de la chaussette à clous : séries policieres, rediffusion de vieilles séries françaises, émissions de reportages sur la police, la BAC, les tribunaux, les plus ou moins vieilles affaires judiciaires... Comme si l'on nous préparait à vivre dans un état policier ou à nous habituer à un sentiment permanent d'insécurité... pour mieux justifier la répression : jamais les prisons n'ont été aussi remplies...




Alors que souhaiter pour les 50 semaines qui restent ?




Tout d'abord, à moins de cent jours des Présidentielles, demander à nos politiques d'élever le débat... Une présidentielle, c'est un programme, des idées... pas des attaques ad hominem ! Cela achève d'écoeurer les électeurs qui font de l'abstention le véritable gagnant de chaque élection, quelle qu'elle soit !


Leur demander aussi d'assumer leurs décisions sur leurs fortunes personnelles comme on le fait pour les entrepreneurs car sincèrement, la plupart des projets budgétivores et controversés ne verraient pas le jour s'ils devaient, nos décideurs, avoir leur part de responsabilité autre que morale dans les ordonnances et autres contrats...


Leur demander de faire preuve de solidarité en ces temps difficiles où l'on gèle les augmentations de salaires, on stoppe les avancements autres qu'à l'ancienneté (dommage pour ceux qui essaient d'avancer), où toute réponse gouvernementale se réduit à inventer une nouvelle taxe ou relever les taux des prélèvements obligatoires sous pretexte de ne pas faire monter les impôts sur le revenu, pourtant le le plus égalitaire puisque proportionnel.


D'exiger que les comptes personnels des élus soient, comme lors de la démocratie athénienne, réellement examinés et que les enrichissements personnels soient sanctionnés.


D'exiger que les ministres vivent au moins trois mois avec le salaire moyen français, qu'ils voient à quelles jongleries nous faisons presque tous en remplissant le chariot... Un chariot d'ailleurs qui, pour le même prix, transporte de moins en moins d'articles.


D'exiger que les exilés fiscaux soient déchus de leur nationalité française puisqu'ils refusent de consentir à un effort de solidarité nationale, usent en cas de besoin de nos infrastructures payées avec nos impôts et ensuite viennent nous donner des leçons de morale sur la crise.


D'exiger que si l'on efface tout ou partie de la dette de la Grèce et des autres pays européens qui ne tarderont pas à se trouver dans la même situation, alors que l'on prononce la "levée du fardeau" pour les particuliers, et de leur appliquer la même mesure... car c'est la consommation qui fait tourner l'économie et on ne consomme pas lorsque l'on est endetté... surtout à des taux prohibitifs qui n'ont aucune mesure avec ceux consentis à la Grèce, même en crise budgétaire...




Parce que nos terres ont un long passé de guerres et de combats, d'arrêter la traque et la reconduite systématique des étrangers mais de réflechir à une politique d'accompagnement, la plupart ne cherchent pas à vivre mais seulement à survivre. Il faut que l'Etat ne tombe pas dans la non-assistance à personne en danger... Demandez aux plus anciens de vos familles ce qu'a du être pour eux l'exode des deux dernières guerres et les difficultés à vivre ailleurs, sans toujours être bien accueilli dans les zones de paix...




Et pour nous, que souhaiter ?


Que l'année se passe bien, que les mauvaises nouvelles soient de plus en plus rares et que l'on puisse avoir régulièrement des journées sans peur du lendemain, sans appréhension en recevant le relevé de compte, pour les autres en ouvrant le bulletin des enfants... Chacun d'entre nous a ses propres craintes, ses propres peurs, je vous laisse le soin de complèter.


Je souhaite aux parents divorcés qui n'ont pas la garde de leurs enfants, de profiter un maximum de leurs visites, et à ceux qui ne les voient plus de ne pas perdre espoir... Peut-etre que 2012 sera une année de changements...


J'aimerai surtout présenter mes voeux aux adhérents et militants des milliers d'associations, qu'elles soient de loisir, sportives ou de toute autre forme de que ce soit pour que cette nouvelle année sera fructueuse car ils font le lien entre les gens dans une société de plus en plus individuelle et individualiste...




Bref, A tous et toutes qui passez parfois sur ces pages, qui parfois revenez, je vous souhaite tout le bonheur possible car il est toujours permis d'espérer... et de profiter le plus possible de ceux qui vous sont chers... Sait-on jamais, les Mayas ont peut-être raison...

1 commentaire:

  1. La liste de souhaits pour 2012 est longue .Il y a tant à faire .On va essayer d' être optimiste , sans toutefois se bercer d' illusions .Il faut continuer notre chemin en évitant les embûches.Profiter des bons moments, et partager ce qui peut l'être.Que cette année soit moins tourmentée pour toi.
    Bonne année François.
    Adel

    RépondreSupprimer