La suite d'Histoires du Nord ...

vendredi 9 mars 2012

Quand un bateau vieux de 3 500 ans rapproche Boulogne et Douvres



Depuis quelques semaines, une équipe britannique reconstruit à l'échelle 1/2 un bateau trouvé à Douvres en 1992. Le navire servait à traverser la Manche à l'Âge du bronze. Il est au coeur de Boat 1 550 BC, un grand projet mené par des archéologues britanniques, français et belges qui veulent faire connaître l'histoire commune des trois pays.
À DOUVRES, PAR CÉLINE RUDZ

Il y a 3 500 ans, le bateau trouvé à Douvres en 1992 par les archéologues du Canterbury archaeological trust traversait la Manche en cinq heures environ. Le bateau, exposé au musée de Douvres, est en bon état, même s'il manque la proue. Keith Parfitt, son « inventeur », se souvient de cette « découverte très importante » comme si c'était hier : « C'était le 28 septembre 1992, à 12 h 30. Ce bateau témoigne de très anciennes traversées de la Manche, de relations régulières entre les pays. La Manche était un lieu de passage, de contact, pas une frontière... ». À l'Âge du bronze, on faisait du commerce de métal, de bijoux, de textiles, de poteries, etc.


« Il s'agit d'une pièce particulièrement sophistiquée. Sa découverte, un moment intense et très excitant, reste mon meilleur souvenir d'archéologue, elle a changé ma vie ! » se rappelle Peter Clark. En 1992, il supervisait l'équipe d'archéologues britanniques. « La vie d'un côté comme de l'autre de la Manche présentait de nombreux points communs, beaucoup plus qu'entre les habitants d'un même pays vivant au bord de la mer et dans les terres. » « On peut parler d'un espace transmanche avec des frontières à l'arrière, confirme Anne Lehoërff, chef de projet. « Les objets, les pratiques de construction étaient les mêmes sur les différents littoraux. »


À l'eau début mai
Dans le cadre du projet Boat 1 550 BC, une équipe construit actuellement une maquette du bateau, en chêne, qui sera exposée en France, puis en Belgique et en Angleterre (lire ci-dessous). « On recrée des outils très simples, similaires à ceux de l'Âge du bronzeW », s'enthousiasme Robin Wood, qui travaille sur le chantier. « On apprend beaucoup sur la fabrication du bateau et sur la vie à l'époque. C'est extraordinaire ! » Quatre personnes travaillent sur cette maquette. « Il faut être très minutieux, ne pas faire d'erreurs. Une fois terminé, au bout de 12 semaines normalement, le bateau pèsera huit fois moins que l'original », précise Richard Darrah, archéologue, une pagaie dans chaque main.


« À l'époque, l'équipage comprenait entre 16 et 20 hommes. » Le bateau reconstitué sera mis à l'eau début mai. En attendant, peut-être, qu'un autre à échelle réelle traverse la Manche... « On choisira un jour où la mer sera calme », sourit Keith Parfitt.« Je suis confiant ! » •


in LA VOIX DU NORD, édition de Dunkerque du 9 mars 2012

1 commentaire:

  1. C'est FA BU LEUX ! ! ! j'aimerai voir un dessin du bateau afin de me le représenter...

    RépondreSupprimer